Le culte de Jésus

Prier par le Nom de Jésus

Les chrétiens adorent Jésus, et ils l'aiment.

L'adoration de Jésus est vécue dans la foi monothéiste - Jésus a dit : "le Père et moi, nous sommes Un." (Jn 10, 30).

De son vivant, Jésus se présente comme le Nom de Dieu.

Jésus invite à prier le Père « en son nom » :

Jésus dit : « Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux." (Matthieu 18,20)

Jésus dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom. Jusqu'à présent vous n'avez rien demandé en mon nom ; demandez et vous recevrez, pour que votre joie soit complète. » (Jean 16, 23-24)

Les disciples font des miracles « au nom de Jésus » :

Jésus dit : « Et voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom ils chasseront les démons, ils parleront en langues nouvelles. » (Marc 16,17)

« Jean prit la parole et dit: "Maître, nous avons vu quelqu'un expulser des démons en ton nom, et nous voulions l'empêcher, parce qu'il ne suit pas avec nous." Mais Jésus lui dit: "Ne l'en empêchez pas". » (Luc 9, 49-50)

« Mais Pierre dit [au mendiant infirme] : "De l'argent et de l'or, je n'en ai pas, mais ce que j'ai, je te le donne: au nom de Jésus-Christ le Nazôréen, marche!" » (Actes 3,6)

« Paul se retourna [vers une femme qui pratiquait la divination] et dit à l'esprit: "Je t'ordonne au nom de Jésus-Christ de sortir de cette femme." Et l'esprit sortit à l'instant même. » (Actes 16,18)

Mais il n'y a rien de magique :

« Beaucoup me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé? En ton nom que nous avons chassé les démons? En ton nom que nous avons fait bien des miracles? Alors je leur dirai en face: Jamais je ne vous ai connus; écartez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité. » (Matthieu 7, 22-23)

Les chrétiens sont ceux qui « invoquent le nom de Jésus-Christ ».

Avant sa conversion, Saul persécutent ceux qui « invoquent » le nom de Jésus (Ac 9, 14 ; 9, 21).

Après le chemin de Damas, Ananie encourage Paul à se faire baptiser et à « invoquer » le nom de Jésus (Ac 22, 16).

« Paul, appelé à être apôtre du Christ Jésus par la volonté de Dieu, et Sosthène, le frère, à l'Eglise de Dieu établie à Corinthe, à ceux qui ont été sanctifiés dans le Christ Jésus, appelés à être saints avec tous ceux qui en tout lieu invoquent le nom de Jésus Christ notre Seigneur, le leur et le nôtre; à vous grâce et paix de par Dieu, notre Père, et le Seigneur Jésus Christ! » (1Cor 1, 1-3)

« Invoquer le nom du Seigneur » dérive directement de l'Ancien Testament, c'est une expression technique qui désigne la prière et le sacrifice offert à YHWH (Gn 4, 26).[1]

L'usage rituel, collectif, public, du nom de Jésus indique que l'on reconnaissait Dieu en lui.

Le Nouveau Testament témoigne que le nom de Jésus est invoqué au baptême, lors de la cène, lors des exorcismes et prières de guérisons etc.

Cette pratique n'a jamais fait l'objet de controverses au sein de la communauté des croyants, qu'ils soient grecs ou hébreux.

Le nom de Jésus.

Le nom de Jésus, Yeshua, est une forme abrégée de Yehoshua. Le nom dérive à la fois du verbe yasha' sauver, délivrer et d'une forme abrégée du nom divin Yahweh. Ainsi, Jésus signifie quelque chose comme « Dieu sauve ». [2]

Jésus est le nom de Dieu.

Dieu place son nom dans le lieu saint :

« C'est seulement au lieu choisi par YHWH votre Dieu, entre toutes vos tribus, pour y placer son nom et l'y faire habiter, que vous viendrez pour le chercher. » (Deutéronome 12, 5).

Les références de l'Ancien Testament a ce thème sont très nombreuses (beaucoup plus nombreuses que la mention de la Sagesse demeurant parmi les hommes). Quand Jean écrit « Le Verbe a demeuré parmi nous » (Jn 1, 14), il pense certainement au à cet arrière fond scripturaire.

Au temps du retour d'exil, en Isaïe 52, 5-6, Dieu se plaint que son nom soit bafoué et il annonce un renouveau :

«... Sans cesse, tout le jour, mon nom est bafoué. C'est pourquoi mon peuple connaîtra mon nom, c'est pourquoi il saura, en ce jour-là, que c'est moi qui dis: "Me voici." » (Isaïe 52, 5-6)

La connaissance du nom de Dieu fait partie des bénédictions liées au retour du Seigneur à Sion, elle fait aussi partie des bénédictions pour les temps eschatologiques.

En présentant Jésus comme le Verbe qui demeure parmi les hommes, le prologue de Jean présente Jésus comme « le nom de Dieu ».[3]

« Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu. [...] Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous » (Jean 1, 1.14)

Cette tradition du nom divin constitue pour l'auteur de l'évangile de Jean la meilleure façon de représenter la relation du « Fils » au « Père ». [4]

Comme nous l'avons montré, cette tradition est aussi présente dans tous les , le nom de Jésus est efficace pour les exorcismes et les guérisons (Mc 9, 38-39 ; Mt 7, 22 ; Lc 10, 17), et les références au fait que les chrétiens seraient haïs à cause du nom de Jésus (Mc 13, 13 ; Mt 10, 22 ; Lc 21, 12) reflètent sans doute la réaction scandalisée de non-chrétiens à l'étonnante disposition des chrétiens à accorder une telle dévotion au nom de Jésus.


[1] Cf. Larry W. Hurtado, Le Seigneur Jésus Christ, La dévotion envers Jésus aux premiers temps du christianisme. Cerf, Paris 2009, p. 206

[2] Cf. Ibid., p. 406

[3] Cf. Ibid., p. 398-399

[4] Cf. Ibid., p. 399


Synthèse Françoise Breynaert

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention