Marie dans le mélodrame (1910-1930)

Marie dans le mélodrame (1910-1930)

En 1910-1930, le cinéma devient narratif, avec des séquences plus rapides. En l'absence de son et de couleurs, le film se sert d'éléments mélodramatiques accentuant l'emphase du geste et de l'émotion.

  • Exemple : David W. Griffith, "Intolérance", 1916.

Intolérance forme un ensemble hétéroclite et assez peu convaincant quant au fond (prôner la tolérance). Griffith utilisa un gigantesque plateau de 2 kilomètres de long avec des décors hauts comme une maison de six étages et des milliers de figurants. Le résultat est à la hauteur des moyens utilisés avec des scènes du siège de Babylone par Cyrus assez phénoménales. cependant le film fut un échec commercial[1].

Ce film comporte deux scènes mariales : Marie à Cana, Marie au calvaire où elle souffre de l'intolérance et de ses conséquences brutales. Elle partage le sort d'autres mères dont le film fait aussi le portrait[2].


[1] http://films.blog.lemonde.fr/2008/01/25/intolerance/ Le 11 février 2011.

[2] Cf. Jean ROTTEN, campus.udayton.edu/mary/resources/french/cinema.pdf


Synthèse F. Breynaert