Le contexte du XIX° siècle et le dogme de l’Immaculée conception

Scientisme, Spiritisme, romantisme. L'Eglise attaquée.

Le XIX° siècle ne craint pas les contradictions.

Il se veut positiviste et va se perdre dans des mirages métaphysiques ou succomber à la puissance hallucinatoire des anciens mystères.

La Bible sert à tout, même à justifier le spiritisme, qui y est pourtant fermement condamné (cf. Dt 18, 10-13)[1].

L'influence du romantisme efface la conscience du péché (Satan est pardonné, tout le monde est innocent) et efface aussi la nécessité du Christ Rédempteur, donc la raison d'être de l'Eglise.

De fait, l'Église est engagée dans une lutte sans merci qui prend pour cible ses prêtres, ses dogmes, ses textes fondateurs, ses territoires, son rôle dans l'histoire et la société, et jusqu'à l'intégrité physique de son pasteur. [2]

De l'apparition de la rue du Bac à la proclamation du dogme.

Alors qu'une grande partie de la société ne veut plus du salut, Marie apparaît à Paris, rue du Bac, les pieds sur le serpent infernal. Nous sommes l'après-midi du 27 novembre1830, au seuil d'une nouvelle année liturgique, c'est-à-dire au seuil d'un cycle présentant l'entièreté du mystère du salut.

Ce même jour est révélé le modèle de la médaille qui sera bien vite appelée miraculeuse. L'invocation de La médaille miraculeuse (apparition de la rue du Bac - 1830), « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous » est reprise par les fidèles alors même que la Conception Immaculée de Marie faisait encore débat au sein de l'Église.

Cette question, apparue très tôt dans l'histoire du christianisme, connut après les événements de la rue du Bac un regain d'intérêt qui se traduira par la promulgation du dogme de l'Immaculée Conception le 8 décembre 1854[3], par Pie IX, dans la bulle Ineffabilis Deus.

Le dogme contredit la notion d'égalité véhiculée par la révolution française et toutes les idées d'innocence générale véhiculée par la « nouvelle religion » voulue aussi bien par les romantiques que par un grand nombre de philosophes. Victor Hugo déversera sa verve contre ce dogme dans L'art d'être grand-père.

Les apparitions de Lourdes

Les apparitions de Lourdes confirment le dogme dans la célèbre phrase prononcée en patois local : Que soy era Immaculada Councepciou, c'est-à-dire : « Je suis l'Immaculée Conception », la date de ce message, le 25 mars 1858, fête de l'Annonciation, manifeste la portée de ce dogme : Marie est conçue immaculée pour pouvoir recevoir la dignité et la charge de devenir la Mère de Dieu.


[1] Patrick SANDRIN, A ciel ouvert, EDB, Nouan 2013, p. 61

[2] Ibid., p. 72

[3] Ibid., p. 51

Synthèse F. Breynaert