2° Concile de Constantinople (553)

2° Concile de Constantinople (553)

Le Cinquième Saint Concile Oecuménique réunit à Constantinople, du 5 mai au 2 juin 553, 165 évêques. C'est donc le deuxième concile de Constantinople.

Résumé :

Ce concile a écarté les idées de Théodore de Mopsueste qui sont à la source du nestorianisme : l'excès de philosophie aristotélicienne a conduit Théodore de Mopsueste à rejeter la révélation évangélique de l'union réelle du créé et de l'incréé dans la personne du Christ.

Le concile a aussi écarté l'origénisme qui imagine la préexistence des âmes et leur retour, après la vie terrestre, à leur état premier (apocatastase) : c'était une gnose dérivée du platonisme.

Le pape Vigile était présent à ce concile et l'a approuvé, mais il est mort sur le chemin du retour vers Rome ; en Occident ce ne fut donc qu'au concile du Latran, en 649, que le Cinquième Concile fut reconnu comme oecuménique.

Présentation plus détaillée :

« L'objet immédiat de cette assemblée était de régler l'affaire des Trois-Chapitres, c'est-à-dire Théodore de Mopsueste (+ 428), son ami le brillant Théodoret de Cyr et leur disciple Ibas d'Édesse.

Grandement honoré en Orient pour ses commentaires de l'Ecriture , Théodore de Mopsueste était le chef de file de l'École d'Antioche. Mais, ayant laissé dans sa théologie une part exagérée à la spéculation rationnelle et aux axiomes de la philosophie d'Aristote, il en était venu à rejeter la possibilité d'une union réelle du créé et de l'incréé dans la Personne du Christ. [...]

Ce concile est avec raison considéré comme concile "ecclésiastique par excellence", car rejetant la spéculation philosophique dans les questions de dogme (que ce soit sous la forme rationaliste et aristotélicienne de Théodore de Mopsueste ou sous celle du néoplatonisme spiritualisant de l'origénisme), il affirmait que l'Église a son mode propre - apostolique - d'interprétation du Mystère du Christ, grâce auquel elle sauvegarde l'intégrité de la liberté humaine et sa possibilité d'être pleinement unie à Dieu dans la personne du Sauveur. [...]

Plus que la véritable doctrine d'Origène, il s'agissait de l'"origénisme", issu de la systématisation de certaines idées audacieuses du grand maître alexandrin par Évagre le Pontique. Origène, que tous les Pères de l'Église ont lu, était lui-même plus réservé. Il avait souci de se soumettre à la doctrine de l'Église, et nombre de ces propositions se trouvent contredites par d'autres passages de son oeuvre. » [1]

N.B. Les orthodoxes font mémoire des saints pères du 5° concile œcuménique le 25 juillet.


[1] calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsjuillet/juillet25bis.html

Extraits présentés par F. Breynaert

JE PARTICIPE !