L'énergie théandrique, Jésus n'est pas schizophrène (St Maxime le Confesseur)

L'énergie théandrique, Jésus n'est pas schizophrène (St Maxime le Confesseur)

En tant que le Christ est le nouveau commencement d'une vie divine en l'homme, il faut que le Christ soit vrai Dieu et homme parfait et complet. En la personne du Christ sont présentes et unies deux natures, humaine et divine, avec deux volontés et deux énergies.

Maxime le confesseur parle d'une « énergie théandrique » : l'étymologie de ce mot est formée de « Théo » (Dieu) et « Andros » (homme). « Théandrique » signifie « divin et humain ».

Si la volonté et la capacité d'agir appartiennent à la nature, un acte de volonté déterminé appartient à la personne de Jésus-Christ.

Dans un acte précis de Jésus agit une énergie « théandrique »[1] où confluent les deux volontés et les deux libertés (humaine et divine), dans la synergie.

Jésus n'est pas schizophrène, les deux volontés ne sont pas un dédoublement de sa personnalité, l'unité de la personne est sauvegardée (monadikos).[2]


[1] St Maxime le Confesseur, Ambiguorum liber, PG 91,1056 BC.

[2] St Maxime le Confesseur, Ambiguorum liber, PG 91,1044D.


Synthèse F. Breynaert

Lire plus sur saint Maxime le Confesseur