Lc 2, 49.52. Jésus vrai homme et vrai Dieu

Lc 2, 49.52. Jésus vrai homme et vrai Dieu

« Et il advint, au bout de trois jours, qu'ils le trouvèrent dans le Temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant; 47 et tous ceux qui l'entendaient étaient stupéfaits de son intelligence et de ses réponses. 48 A sa vue, ils furent saisis d'émotion, et sa mère lui dit: "Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela? Vois! ton père et moi, nous te cherchons, angoissés." 49 Et il leur dit: "Pourquoi donc me cherchiez-vous? Ne saviez-vous pas que je dois être dans la maison de mon Père?" 50 Mais eux ne comprirent pas la parole qu'il venait de leur dire. 51 Il redescendit alors avec eux et revint à Nazareth; et il leur était soumis. Et sa mère gardait fidèlement toutes ces choses en son cœur. 52 Quant à Jésus, il croissait en sagesse, en taille et en grâce devant Dieu et devant les hommes. » (Luc 2, 46-52)

D'une part, dans la réponse de l'enfant de douze ans, il va de soi qu'il connaît le Père - Dieu - en son for intérieur. Lui seul connaît Dieu, non seulement à travers des personnes humaines qui témoignent de lui, mais il Le reconnaît en Lui-même. Comme Fils, il est "à tu à toi" avec le Père. Il vit en sa présence. Il le voit. Jean dit qu'il est l'Unique qui « est dans le sein du Père » et qui peut donc le révéler (cf. Jn 1, 18). C'est précisément ce qui devient évident dans la réponse de l'enfant de douze ans ; il est auprès du Père, il voit les choses et les hommes dans Sa lumière.

Toutefois, il est vrai aussi que sa sagesse croît. En tant qu'homme, il ne vit pas dans une omniscience abstraite, mais il est enraciné dans une histoire concrète, dans un lieu et dans une époque, dans les différentes phases de la vie humaine, et c'est de tout cela qu'il reçoit la forme concrète de son savoir. Il apparaît donc clairement ici qu'il a pensé et appris d'une manière humaine.

Il devient effectivement évident qu'il est vrai homme et vrai Dieu, comme l'exprime la foi de l'Eglise. Nous ne pouvons définir, en dernière analyse, le profond entrelacement entre l'une et l'autre dimension. Celui-ci demeure un mystère et, toutefois, il apparaît de manière vraiment concrète dans le bref récit sur l'enfant de douze ans - récit qui ouvre ainsi, en même temps, la porte vers l'intégralité de sa figure qui nous est racontée ensuite dans les .


J. Ratzinger, Benoît XVI, L'enfance de Jésus, Flammarion, Paris 2012, p. 180-181