Marie et la joie messianique des noces de Cana

Marie et la joie messianique des noces de Cana

Marie est présente aux noces de Cana, avec les frères de Jésus, comme toute parente désirant entretenir les liens familiaux, amicaux et sociaux avec son entourage.

Marie accomplit aussi par sa présence aux noces l'observance d'un commandement de la loi judaïque, une oeuvre de charité, comme celle d'honorer et de bénir la famille et les futurs époux.

Il est évident que le récit des noces de Cana dans l'Evangile de Jean ajoute un surplus de sens à la scène, car Jean est attentif au symbolisme des événements et des personnes.

Marie constate que le vin vient à manquer. Elle s'adresse à son fils en partant d'une observation naturelle : « Ils n'ont plus de vin. ». Et Jésus répond : « Qu'y a-t-il entre toi et moi ? » ce qui signifie parfois : "Quel contentieux antérieur nous oppose ?", mais également : "Qu'y a-t-il de commun entre toi et moi?". Marie comprend la réponse de façon affirmative, puisqu'elle va trouver les servants et leur demande de faire ce que Jésus leur demandera. (Jn 2, 3-5)

Derrière les paroles de Marie, au plan symbolique, on peut entendre l'expression du reste fidèle d'Israël, de ceux qui attendent le règne du Messie. En effet, le vin symbolise aussi dans la Bible la joie que Dieu a promise à son peuple et la restauration de l'alliance. Joël 4,18 en parle : "Un temps vient où les coteaux produiront du raisin en abondance". Le prophète Amos s'y réfère :

« Le Seigneur dit encore: Le jour vient où... l'on foulera les raisins peu après avoir semé le blé. Alors le vin nouveau ruissellera sur les coteaux, et toutes les collines en seront inondées. » (Amos 9, 13)

Isaïe, lorsqu'il évoque le festin eschatologique, n'hésite pas à affirmer que le vin sera donné gratuitement.

Zacharie reprend le thème:

« En ce temps-là, le Seigneur Dieu sauvera son peuple comme un berger sauve son troupeau. Semblables aux pierres de diadème, ils brilleront dans le pays, où régneront le bonheur et la beauté. Le froment fera croître les jeunes gens et le vin nouveau les vierges. » (Zacharie 9,16-17)

Le vin coulera à flots quand le Messie viendra, symbole de la joie et de bienfaits spirituels surabondants. Jésus accepte sa mission et Marie est l'instructrice de ses premiers pas. Comme la mère de Salomon avait couronné son fils au jour de ses épousailles (Ct 3,11).

Marie est présente aux côtés de Jésus qui inaugure les signes de la présence du Royaume de Dieu. Intervenant auprès des servants, elle met Jésus au monde des hommes. Par voie de conséquence, elle donne naissance à la communauté que va réjouir le vin messianique.

Marie ne donne aucun ordre, n'intime aucun commandement. Elle se contente d'attirer l'attention de son fils sur la situation et de faire confiance aux potentialités cachées de Jésus, aux virtualités dont il est porteur et qu'elle a pressenties. Sitôt réalisé le passage du Fils à la vie publique, la mère entre dans le silence et accepte la distance que Jésus ne cessera de marquer à l'égard de son entourage, tout tendu qu'il est vers la fraternité universelle.


Frédéric Manns