Mt 8, 17 : Jésus a pris nos infirmités (cf. Isaïe 53)

Mt 8, 17 : Jésus a pris nos infirmités (cf. Isaïe 53)

« Ce sont nos douleurs dont il était chargé »... « Il a pris nos infirmités »

Après un tableau général des guérisons opérées par Jésus, l'évangéliste Matthieu conclut en montrant que Jésus accomplit le Serviteur du livre d'Isaïe :

« ... afin que s'accomplît ce qui a été dit par le prophète Isaïe: Il a pris nos infirmités et porté nos maladies. »

(Mt 8,17)

La « citation » de Matthieu reprend Isaïe 53, 4a, mais il infléchit le texte en disant que Jésus a volontairement pris nos infirmités.

Dans le récit d'Isaïe (hébreu), nos châtiments retombent sur le serviteur qui les subit :

« Ce sont nos douleurs dont il était chargé. » (Isaïe 53, 4a)
« Dans ses blessures nous trouvons la guérison. » (Isaïe 53, 5)


Mais dans le récit de Matthieu, Jésus prend en charge nos maux physiques, littéralement et activement, et ceci pour les guérir.


Cf. Pierre GRELOT, Les poèmes du serviteur, de la lecture critique à l'herméneutique, Ed. du Cerf, 29 bd Latour-Maubourg, Paris, 1981, p. 165-166


Françoise Breynaert