Marie arche d'Alliance, vue d'ensemble

L'Arche d'Alliance et Marie (vue d'ensemble)

L'arche d'Alliance dans l'Ancien Testament :

L'arche était un signe visible de la présence agissante de Dieu au milieu de son Peuple.

L'arche était un coffret à l'intérieur duquel étaient gardées les deux tables de la loi, à la suite de l'alliance au Sina?, durant l'Exode. C'est pourquoi elle s'appelle arche « d'Alliance ».

Elle était mobile, elle avait des barres pour être portée au long des pérégrination du peuple.

Sa construction avait été fixée par le Seigneur en tous ses détails.

Elle devait être faite de bois précieux, l'acacia, "d'or pur, au-dedans et au-dehors" ... "avec un propitiatoire d'or pur" et "deux chérubins d'or" à ses extrémités (cf. Ex 25 10-22).

Le propitiatoire était le lieu où Dieu « descendait » (Tsim Tsum). Dans le rituel, le sang des sacrifices d'animaux était jeté sur le propitiatoire et Dieu pardonnait les péchés (Lv 16).

L'arche d'Alliance était source de bénédiction, David l'acclame joyeusement (Lire 2 Sam 6 et 1 Chr 15).

Elle fut placée dans le sanctuaire au temps du roi Salomon. De cette façon, au temps où le peuple est sédentarisé, l'arche dans le sanctuaire rappelait que nous sommes toujours appelés à nous mettre en marche, à cheminer avec le Dieu vivant (Lire 2 Chr 5).

Après l'exil, la tradition juive présentait l'Arche d'Alliance comme mystérieusement incorruptible.

L'arche d'Alliance dans le Nouveau Testament :

1°) Saint Luc a décrit l'Esprit Saint recouvrant Marie de son ombre (Lc 1,35); elle est couverte de toute part des feux de l'Esprit comme l'Arche d'alliance était couverte d'or et enveloppée de la nuée, la gloire de Dieu. Marie est le lieu de la présence divine, elle porte le Verbe incarné. Marie est celle qui a reçu le pain de la vraie vie, la nouvelle manne, le Christ.

2°) Juste après l'Annonciation, le récit de la visite de Marie chez Elisabeth en Lc 1,39-56, semble modelé sur celui de 2 Sam 6, 2-16, qui raconte le transport de l'arche de l'Alliance à Jérusalem.

3°) Jésus, le Fils de l'homme, n'a pas où reposer la tête (Lc 9,58), sa mission est sur les routes. Avec lui, l'Exode de l'humanité va atteindre son but; il est le chemin qui conduit vers le Père (Jn 14,1-4). Marie est aussi en marche dans son pèlerinage de la foi.

4°) Jésus est le "propitiatoire" de l'arche d'Alliance, il est "l'instrument de propitiation" parce qu'il est le contact entre l'humanité et Dieu et que le son sang de son sacrifice obtient le pardon (Rm 3, 23-25).

5°) Juste avant de décrire le grand signe de la Femme, « Un grand signe apparut dans le ciel : une femme revêtue du soleil, avec la lune sous ses pieds et sur sa tête une couronne de douze étoiles » (Ap 12, 1), le livre de l'Apocalypse évoque l'Arche d'Alliance : « Alors s'ouvrit le temple de Dieu, dans le ciel, et son arche d'alliance apparut, dans le temple... » (Ap 11,19).

Marie arche d'Alliance dans la tradition :

La symbolique de l'arche d'Alliance inspire des méditations sur la pureté de Marie et sur son incorruptibilité et son assomption.

Quelle pureté devait être celle de Marie, l'Arche vivante de l'Alliance nouvelle et éternelle, le vivant tabernacle de l'éternité ! Car Marie, dès l'instant de l'Incarnation, est bien une nouvelle Arche qui porte la Parole faite chair, Celui qui est "Alliance du Peuple"(Is 42,6) pour toujours. Ne devait-elle pas être parfaitement belle, sans défaut afin de porter dignement au monde le Pain vivant descendu du ciel ?

Très prisé par la liturgie orientale, le récit apocryphe judéo-chrétien "Transitus Mariae" raconte l'Assomption de Marie et il fait justement référence à l'Arche d'Alliance : pendant que les apôtres portaient le corps de Marie, les mains de ceux qui voulurent offenser Marie devinrent sèches, comme dans la Bible la main de celui qui toucha l'Arche d'Alliance sans être qualifié (2 Sam 6, 6-7).

Comme l'arche incorruptible, le corps de Marie n'a pas connu la corruption du tombeau.


Françoise Breynaert