Ap 12,1 : Femme revêtue de soleil

Une femme revêtue de soleil

« Un grand signe apparut dans le ciel : une femme revêtue du soleil »

(Ap 12, 1)


Dieu revêt avec tendresse Adam et Ève après la chute (Gn 3,21) et il revêt magnifiquement les lis des champs (Mt 6,30).

Dans son Alliance, Dieu orne Jérusalem ou Israël d’habits fins (Ez 16,10-13) et le prophète dit : « Revêts-toi de splendeur, o Sion ! » (Is 52,1). Jérusalem répond: "J’exulte dans le Seigneur [...] parce qu’il m’a revêtue des vêtements du salut, il m’a enveloppé avec le manteau de la justice." (Is 61,10)

En Ap 12,1, on dirait que Dieu manifeste son amour pour « la femme » en lui donnant pour vêtement tout ce qu’il a de mieux, c’est-à-dire « son soleil ».

Dans la Bible, le soleil est la marque la plus emblématique de Dieu, il en exprime la transcendance.

Plus précisément, l’auteur de l’Apocalypse voit au milieu des sept lampes d’or, c’est-à-dire des sept églises "Comme un fils d’homme" c’est-à-dire le Christ ressuscité, et "son visage resplendit comme le soleil dans toute sa force" (Ap 1, 16). Quant à la ville de sa vision, il n’y fait jamais nuit, mais elle n’a plus besoin du soleil naturel (Ap 21, 23 et 22, 5), elle est éclairée par "la gloire de Dieu", par "l’Agneau", par le "Seigneur Dieu".

La femme ayant un manteau "de soleil" est donc l’Eglise ou Marie, revêtue de la présence de Dieu, du Christ qui a donné sa vie, et qui est glorifié, ressuscité.


- cf. A.Serra, “Biblia”, Nuovo dizionario di mariologia, a cura di De Fiores, San Paolo, Turino 1986, p.265-272, et G.Biguzzi, La donna, il drago e il Messia in Ap 12, in Theotokos 8 (1/2000), pp.17-66

- Repris dans : F. BREYNAERT, A l'écoute de Marie, tome 2, Brive 2007, (Mediapaul) p. 226-239

Père Serra

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention