Saint Paul, spirituellement intime de Nazareth

Saint Paul, spirituellement intime de Nazareth

« Après trois ans, je montai à Jérusalem rendre visite à Céphas et demeurai auprès de lui quinze jours : je n'ai pas vu d'autre apôtre, mais seulement Jacques, le frère du Seigneur. »

(Galates 1, 18-19)

Trois ans après sa conversion sur le chemin de Damas, saint Paul a rencontré Jacques, le frère du Seigneur (Galates 1, 19).

Ce dernier vient de Nazareth, il a pu lui parler de la vie du Seigneur à Nazareth, cette vie cachée avec Marie et Joseph.

Découvrir la vie de Nazareth a pu aider saint Paul à découvrir la valeur profonde de la virginité et l'a sans doute conforté dans l'une des valeurs déjà traditionnelle chez beaucoup de rabbins : le travail manuel.

La virginité

Nous pouvons aussi partager l’observation de saint Athanase :

« Paul a probablement connu la vie de Marie, s’il est vrai qu’il a pris en elle son modèle pour étendre la doctrine de la virginité. Voyez ce qu’il écrivit aux Corinthiens : "En ce qui concerne les vierges, je n’ai pas de commandement du Seigneur, mais je donne un conseil comme quelqu’un qui a obtenu miséricorde du Seigneur et qui mérite confiance." (1 Cor 7,25). » [1]

Le travail

Paul a donc probablement entendu parler de cette vie de la famille à Nazareth. Et c’est sans doute aussi là qu’il faut rechercher l’explication de son estime du travail manuel, une attitude étonnamment positive dans une société qui s’urbanise et délègue le travail aux esclaves.

« Ayez à cœur… de travailler » (1 Th 4,11-12) fait partie de son enseignement au même titre que l’exhortation à la foi ou à la charité fraternelle.

Saint Paul lui-même travaille manuellement lorsqu’il est à Corinthe, avec un couple de tisserands, Aquilas et Priscille (Ac 18,3). Il travaille aussi à Ephèse lorsqu’il écrit aux Corinthiens : « nous peinons en travaillant de nos mains. » (1 Co 4, 11-12).

L’une des raisons de cette activité est liée à l’histoire même de l’apôtre, et à son désir d’offrir gratuitement l’annonce de l’Evangile, car Paul perçoit cette annonce comme un devoir prégnant, et la réponse à une grâce tout aussi gratuite, aussi travaille-t-il « jour et nuit pour n’être à charge d’aucun d’entre vous. » (1 Th 2, 9 // 2 Th 3, 7-8).

Mais il y a aussi une autre raison, sans doute plus fondamentale si on en juge par la lettre où elle s’exprime, la plus ancienne des lettres de Paul : « Ayez à cœur de vivre dans le calme, de vous occuper de vos propres affaires et de travailler de vos mains, comme nous vous l’avons ordonné, pour que votre conduite soit honorable au regard des gens du dehors et que vous n’ayez besoin de personne. » (1 Th 4,11-12). Saint Paul porte un regard positif sur le travail en tant que tel et il enseigne à estimer le travail, sans doute par imitation du Christ et de Joseph, à Nazareth.


[1] Saint Athanase d’Alexandrie, Sur la virginité, CSCO 151, 58-62

Françoise Breynaert

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention