Notre être et celui de Marie

Notre être et celui de Marie

Dieu a tout créé pour l’être...

Dans le Secret admirable du rosaire, saint Louis-Marie de Montfort souligne que Dieu le Père est Celui qui est [Exode 3,14], il est la cause des êtres.

Dieu « a tout créé pour l’être » (Sg 1,14).

...et dans une relation

Ensuite, saint Louis-Marie adopte la terminologie de l’être dans une comparaison, c’est-à-dire dans une relation :

« Marie […] comparée à sa Majesté infinie, […] n’est rien du tout, puisqu’il est seul "Celui qui est" » (VD 14).

Et,

« C’est par Marie que, quoique nous ne soyons rien, nous pouvons devenir semblables à Dieu par la grâce et la gloire, en nous donnant à elle si parfaitement et entièrement, que nous ne soyons rien en nous-mêmes et tout en elle, sans craindre de nous tromper. » (VD 157)

Voilà ce qu’il faut retenir : tout se joue dans la relation, c’est-à-dire dans l’amour.

Se donner : qu’est-ce que c’est ?

« Se donner, se consacrer et sacrifier volontairement et par amour, sans contrainte, tout entier » (SM 29), n’entraîne pas la disparition de notre être au profit de l’être de Marie ou du Christ mais chacun reçoit un enrichissement qui lui appartient vraiment.

Il serait absurde de penser que Dieu nous aurait créé pour ensuite nous détruire et nous remplacer par Jésus et Marie.

C’est pourquoi Montfort parle d’un arbre de vie planté en son âme comme ces cultures qui couronnent une terre et la mettent en valeur.

« Heureuse une âme en qui Marie, l’Arbre de vie, est plantée […] mais la plus heureuse de toutes est celle qui goûte et conserve son fruit, Jésus-Christ » (SM 78).

Le secret de l’arbre de vie guérit et enrichit la personne humaine. Marie et Jésus peuvent combler un mal-être (souillure, dislocation, vide intérieur).

Mais ce serait une illusion ou une contradiction intérieure si la personne ne collabore pas au renouvellement de son être, en cultivant le don reçu.

SM = Louis-Marie de Montfort, Le Secret de Marie

VD = Louis-Marie de Montfort, Traité de la vraie dévotion à la Vierge

________

Extraits de F. Breynaert, l’arbre de vie, symbole central de théologie de saint Louis-Marie de Montfort, Parole et Silence, Paris 2006, p. 173-174. (thèse de doctorat).