Les Franciscain(e)s, les Clarisses et la Vierge Marie

Les Franciscain(e)s, les Clarisses et la Vierge Marie

Saint François exalte le choix d'humilité que Dieu fait pour soi et pour sa mère, et il veut suivre ce même choix : [1]

« Moi, frère François, tout petit, je veux suivre la vie et la pauvreté de notre très haut Seigneur Jésus-Christ et de sa très mère et persévérer en cela jusqu'à la fin. »[2]

Claire compris saint François, et, avec son aide, elle fonda l'ordre des clarisses.

Le grand prédicateur saint Antoine de Padoue est un franciscain.

Le grand théologien Duns Scott est aussi un franciscain.

Dans l'immense famille franciscaine, plusieurs branches ont une appellation directement mariale : "les franciscaines missionnaires de Marie (FMM)", la "congrégation franciscaine de l'Immaculée Conception", etc... etc...

Ajoutons que l'ordre de saint François est le premier ordre à avoir diffusé une littérature spirituelle consacrée à St Joseph, avec notamment la « Josephina » (Mystères du glorieux St Joseph) publiée par Bernardino de Laredo à Séville en 1535.

Le Père Maximilien Kolbe est un franciscain du XX° siècle, il a fondé la "Milice de l'Immaculée" en Pologne à Niepokalanov près de Varsovie avant de mourir martyr dans le camp d'Auschwitz.


[1] Saint François d'Assise, lettre aux fidèles II, 5 ; François d'Assise, Ecrits, sources chrétiennes 285, Cerf, Paris 1981, p. 232

[2] S. CECCHIN, Maria Signora Santa e Immacolata nel pensiero francescano, PAMI, città del Vaticano, 2001, p. 49.

[3] Dernière volonté, François d'Assise, Ecrits, sources chrétiennes 285, Cerf, Paris 1981, p. 215


Synthèse Françoise Breynaert