Jeudi et Vendredi saint (rite maronite)

Jeudi et Vendredi saint (rite maronite)

Jeudi saint - Prière du matin.

Deuxième prière et hymne à la lumière[1]

Seigneur, aie pitié de nous et secours-nous !

Seigneur, tu invites et es le repas, tu convies et es le festin, en cette pâque à laquelle tu nous fais participer et où tu nous donnes ton corps et ton sang en nourriture et boisson. Fais-nous aussi participants de ta passion et de ta mort pour qu'un jour nous ressuscitions avec toi dans la gloire, te louant dans les siècles des siècles.

Amen.

Vendredi saint - Prière du matin.

Proemion et Sedro[2]

Verbe incarné, Fils de Marie et Fils du Père, en ce jour, le plus grand de toute l'Histoire,

Tu comparais méprisé devant Pilate, toi qui es assis dans la gloire à la droite de ton Père,

Tu restes en silence devant tes juges, toi qui par lui dit toutes choses,

Tu marches sur le chemin du Golgotha en portant le bois de la croix, toi qui es assis sur le char des chérubins drapé de parures lumineuses ;

Sur ta tête, les épines sont tressées en une couronne de dérision, toi dont les cieux ornent la tête de la couronne des étoiles ;

Sur la croix on te donne à boire du vinaigre et du fiel, toi qui nous donnes à boire ton sang source de vie ;

Tu meurs sur le bois de la croix du fait de tes bourreaux, toi qui ne cesses de donner vie à tout vivant sur terre.

Aussi, homme-Dieu, te demandons-nous de nous donner part à ton humanité et à la divinité, à ta mort et à ta vie, à ton mépris et à ta gloire, à ce monde et à l'autre, pour que nous te glorifions ainsi que ton Père et ton Esprit dans les siècles des siècles.

Amen.

Vendredi saint - Neuvième heure.

Lecture de saint Ephrem (extrait) [3]

Le tombeau du Christ et le jardin sont une image du jardin d'Eden où Adam est mort d'une mort secrète quand il s'enfuit et se cacha parmi les arbres.

Il se cacha dans le tombeau, y entra et échappa aux regards ; le vivant a été enterrés au jardin et par sa résurrection il redresse celui qui était tombé au jardin d'Eden ; il le transporte du tombeau du jardin au glorieuses noces du paradis.


[1] Prière du croyant selon l'année liturgique maronite, Beyrouth 2007, p. 601

[2] Ibid., p. 612

[3] Ibid., p. 627

Extraits par F. Breynaert