2 novembre : Commémoraison de tous les fidèles défunts

2 novembre : Commémoraison de tous les fidèles défunts

Commémoraison de tous les fidèles défunts

Dès le cinquième siècle, on trouve des messes des défunts. S. Odilon de Cluny institua en 998 la Commémoraison de tous les défunts en général, au lendemain de la Toussaint. La commémoration s'est ensuite répandue partout.

La liturgie réveille notre foi en la résurrection :

Oraison :

Ecoute nos prières avec bonté, Seigneur : fais grandir notre foi en ton Fils qui est ressuscité des morts, pour que soit plus vive aussi notre espérance en la résurrection de tous nos frères défunts. Par Jésus-Christ.

(Missel de Paul VI, 2 novembre)

La liturgie prie pour que les âmes du purgatoire entrent au Paradis :

Prière après la communion :

Ouvre, Seigneur, à nos frères défunts ta maison de lumière et de paix, car c'est pour eux que nous avons célébré le sacrement de la Pâque. Par Jésus.

(Missel de Paul VI, 2 novembre)

C'est aussi l'intention générale exprimée dans le martyrologue romain :

« Commémoraison de tous les fidèles défunts : commémoraison en laquelle notre commune et pieuse Mère l'Église, aussitôt après s'être efforcée de fêter par de dignes louanges tous ses fils qui déjà se réjouissent dans le ciel, s'efforce d'aider par de puissants suffrages auprès de son Seigneur et Époux, le Christ, tous ceux qui gémissent encore dans le Purgatoire, afin qu'ils se joignent au plus tôt à la société des habitants de la céleste Cité ». (Martyrologe Romain)

A la prière liturgique, publique, il est bon d'ajouter des prières personnelles, privées :

  • Le « je vous salue Marie » : nous prions Marie « maintenant et à l'heure de la mort ».

  • Le Rosaire, pour adhérer à tout le chemin de la vie du Christ et de sa Mère, de la conception à la gloire des cieux.

  • L'invocation très ancienne : « Marie, porte du ciel, priez pour nous ».

  • Des prières spécifiques, composées à Montligeon, Fontgombault, etc.

  • Des prières faites avec mes mots : je peux demander au défunt son pardon et donner le mien. L'amour que je n'ai pas pu ou pas su exprimer à temps, je peux le lui prouver maintenant, en priant pour lui, pour elle.

  • Et, en musique : Requiem æternam


Synthèse F. Breynaert