20 décembre, Marie remplie de l'Esprit Saint

Le 20 décembre, Marie remplie de l'Esprit Saint

L'oraison du 20 décembre prépare à la fête de Noël en contemplant Marie remplie de la lumière de l'Esprit Saint.

L'oraison au cours des siècles :

  • Texte latin du Rouleau de Ravenne (5° siècle) :

    Deus, aeterna maiestas, cuius ineffabile Verbum angelo deferente virginitas immacolata suscepit, et, domicilium deitatis effecta, Sancti Spiritus luce repletur ; quaesumus, ut fidelem populum ipsa suis orationibus protegat, quae Deum et hominem sacris castisque visceribus meruit baiulare. (RR 1361.30)

  • Traduction littérale du rouleau de Ravenne (5° siècle) :

    O Dieu, éternelle majesté, la Vierge immaculée a accueilli ton Verbe ineffable apporté par l’ange ; devenue la demeure de Dieu. Elle est remplie de la lumière du Saint Esprit. Nous te le demandons : puisse-t-elle protéger elle-même par ses prières le peuple croyant. Elle qui eut le privilège de porter dans son sein sacré et chaste celui qui est Dieu et homme.

  • Traduction littérale du missel romain actuel (Paul VI) :

    O Dieu, à l’annonce de l’ange, la Vierge immaculée a accueilli ton Verbe ineffable ; devenue la maison de Dieu elle est remplie de la lumière du Saint Esprit. Nous te le demandons : puissions-nous, a son exemple nous attacher humblement à ta volonté.

  • Version française du missel romain :

    Tu as voulu, Seigneur. Qu’à l’annonce de l’ange la Vierge accueille ton Verbe éternel. Qu’elle devienne le Temple du Très-Haut et soit remplie de la lumière de l’Esprit-Saint ; Aide-nous à devenir assez humbles pour faire comme elle ta volonté.

Commentaire :

La Vierge immaculée a accueilli la Parole inexprimable de Dieu – son Verbe – qui était apportée par l’ange. Par cet accueil, Marie est devenue la demeure de Dieu et a été remplie de la lumière du Saint Esprit.

Marie accueille donc la Parole apportée par l’ange et devient demeure de Dieu ; en même temps, elle est remplie de la lumière du Saint Esprit. On lit dans une homélie d’Origène sur l’évangile selon saint Luc :

« Marie fut remplie du Saint Esprit dès l’instant où elle porta en elle le Sauveur. Dès qu’elle reçut le Saint-Esprit. Créateur du corps du Seigneur et que le Fils de Dieu eut commencé à exister en elle, Marie aussi fut remplie de l’Esprit-Saint. » [2]

L’oraison se retrouve très transformée dans le Missel Romain. Non seulement l’image de l’ange porteur du Verbe a disparu mais la demande finale est totalement transformée.

L’oraison du Rotulus insinuait l’élargissement du rôle de Marie dans l’Eglise après l’Incarnation, par son intercession pour les croyants. Celle du Missel romain se contente d’une finale où prédomine l’imitation morale. Sans doute a-t-on voulu éviter la tournure un peu compliquée qui demande à Dieu l’intercession de Marie. Dans l’ensemble, l’oraison est appauvrie dans son texte révisé.


[1] Origène, Hom 7.3 (« Sources chrétiennes » n° 87, ORIGENE, Homélies sur S. Luc, Paris 1962. p. 157)

[2] Texte latin : « Deus, aeterna maiestas, cuius ineffabile Verbum angelo deferente virginitas immacolata suscepit, et, domicilium deitatis effecta, Sancti Spiritus luce repletur; quaesumus, ut fidelem populum ipsa suis orationibus protegat, quae Deum et hominem sacris castisque visceribus meruit baiulare. »


Extrait de : André ROSE,

Les oraisons du Rotulus de Ravenne dans le nouveau Missel Romain

in « Les questions liturgiques » 52 (1971) p.271-304.