8 décembre : Immaculée conception, solennité catholique

Fête de l'Immaculée Conception de la très-Sainte Vierge

 

 

En Orient,

 

 

Depuis la première moitié du VIII° siècle (vers 750), était célébrée en Orient la fête de la Conception de Anne, mère de Marie (la Theotokos), le 9 décembre.

 

Le 8 décembre (la conception de Marie) est 9 mois avant le 8 septembre (la nativité de Marie)

 

 

Puis en Occident,

 

 

Les monastères anglais, l’Église de Lyon et l’ordre des Franciscains furent des centres de rayonnement qui facilitèrent l’entrée de cette fête en Occident.

 

 

 

En Angleterre,

 

 

  • Saint Anselme et spécialement de son disciple Eadmère († 1124) jouèrent un grand rôle.

  • Dans un missel anglais du XI° siècle, nous lisons les premiers témoignages de la fête de la Conception immaculée de Marie: elle est en vue de la conception de Jésus, de la venue de Dieu sur la terre.

  • La diffusion d'un récit miraculeux achève de vaincre les oppositions, c'est le récit de l’abbé Elsine (ou Helsim), anglais : il est sauvé miraculeusement pendant un naufrage, grâce à l’intervention de la Vierge, qui en échange lui demande la célébration de sa Conception chaque 8 décembre.

 

 

 

Et ensuite à Lyon,

 

 

La fête anglaise passa rapidement, au début du XII siècle, en Normandie et de là, dans le reste de la France, accueillie avec enthousiasme par l’Église de Lyon vers 1130-1140, première Eglise en dignité de la Gaule.

 

 

Ce geste courageux ne tarda pas à provoquer des protestations parmi lesquelles la lettre célèbre que saint Bernard écrivit au chapitre cathédral de Lyon.

 

 

 

 

 

Les débats du XIII° siècle :

 

 

Au XIII° siècle les oppositions vives des théologiens et des liturgistes n’ont pas manquées: à la Sorbonne (qui par la suite se mit au service de l’Immaculée Conception) aucun maître n’osait enseigner le privilège marial.

 

 

Saint Thomas († 1274) combattait la doctrine de l’exemption de Marie du péché originel, mais il se montrait cependant tolérant envers la fête, en y voyant une fête de la sanctification de Marie dans le sein de sa mère.

 

 

 

L'influence des franciscains :

 

 

En Italie l’importante décision du Chapitre des franciscains, à Pise, en 1263, sous le gouvernement de saint Bonaventure, a établi la fête de la Conception de Marie obligatoire dans tout l’ordre franciscain.

 

 

L’intérêt théologique à propos de la conception immaculée de Marie fut relancé, à partir de l’Angleterre, par le franciscain Duns Scot (†1308) : c’est le Christ qui préserva sa Mère de tout péché.

 

 

Le pape Sixte IV, franciscain, comprend et favorise les initiatives mariales des frères mineurs il autorise la messe du 8 décembre célébrant l'Immaculée conception, composée par L. Nogarole en 1477.

 

 

 

Les décisions des conciles et des papes

 

 

Au début, l’Église de Rome ne célébrait pas solennellement la fête, mais elle n’était pas intervenue pour l’interdire.

 

 

Au début du XIV° siècle dans la cathédrale d’Anagni on célébrait la Conception de la Mère de Dieu, la curie papale étant présente et complaisante.

 

 

Et pendant le séjour à Avignon, la cour pontificale se réunissait le 8 décembre pour célébrer la Conception de Marie.

 

 

Les textes liturgiques du 8 décembre, composés par le Concile de Bâle, furent accueillis avec enthousiasme par les différentes Églises, mais en 1437 ce concile devint illégitime (à cause de son insubordination au Pontife romain sur d’autres problèmes).

 

 

Leonardo Nogarole, compose en 1477 une messe qui reçoit l’approbation du pape Sixte IV.

 

 

 

 

 

Jusqu’à Pie V, nous avons trois donc possibilités :

 

 

  1. les prières du 8 septembre avec le récit du sauvetage d’Elsin ;
  2. la liturgie de L.Nogarole, avec l’octave ;
  3. l’office du concile de Bâle.

 

 

Mais Pie V supprime la mémoire du 8 décembre :

 

 

En 1570, le pape Pie V, qui voulait simplifier le missel, a supprimé la mémoire du 8 décembre (comme aussi de la Présentation de Marie et de la Visitation…)

 

 

 

Pie IX, le dogme, et la redécouverte de la liturgie du 8 décembre :

 

 

Le pape Pie IX définit le dogme de la conception immaculée en 1854 (Ineffabilis Deus) en S’inspirant de la liturgie de L.Nogarole, et il fit composer une messe en reprenant sa collecte.

 

 

 

Vatican II a retrouvé les trésors du passé et il a introduit des lectures splendides :

 

Gn 3, 9-15.20 ; Eph 1,3-6.11-12 ; Lc 1, 26-38 : les lectures ont une beauté extraordinaire, l’encyclique de Jean Paul II, la Redemptoris Mater, peut être lue comme un commentaire de ces trois lectures pour la fête de l’Immaculée Conception :

 

Marie est pleine de grâce (Lc 1), Marie a été aimée et bénie par Dieu le Père, depuis la création du monde (Eph 1).

En Marie, le Fils de Dieu s'incarne (Lc 1) : par elle le projet créateur est accompli et Satan est vaincu (Gn 3).

 

 

 

 


F. Breynaert

Cf. Corrado MAGGIONI,

Benedetto il frutto del tuo grembo, Due millenni di pietà mariana,
Portalupi Editore s.r.l. 2000, p. 106-113

 

 

Du 30 novembre au 8 décembre, priez la grande neuvaine à l'Immaculée Conception !

JE PARTICIPE !