Les multiples dimensions de l'Eucharistie

Les multiples dimensions de l'Eucharistie

Le catéchisme de l'Eglise catholique (cité avec le numéro de ses paragraphes) envisage toutes les dimensions de l'Eucharistie.

1356 Si les chrétiens célèbrent l'Eucharistie depuis les origines, et sous une forme qui, dans sa substance, n'a pas changé à travers la grande diversité des âges et des liturgies, c'est parce que nous nous savons liés par l'ordre du Seigneur, donné la veille de sa passion: "faites ceci en mémoire de moi" (1Co 11,24-25).

1357 Cet ordre du Seigneur, nous l'accomplissons en célébrant le mémorial de son sacrifice. Ce faisant, nous offrons au Père ce qu'il nous a Lui-même donné: les dons de sa création, le pain et le vin, devenus, par la puissance de l'Esprit Saint et par les paroles du Christ, le Corps et le Sang du Christ: le Christ est ainsi rendu réellement et mystérieusement présent.

1358

Il nous faut donc considérer l'Eucharistie:

- comme action de grâce et louange au Père,

- comme mémorial sacrificiel du Christ et de son Corps,

- comme présence du Christ par la puissance de sa Parole et de son Esprit.

/.../

1368 L'Eucharistie est également le sacrifice de l'Eglise. L'Eglise, qui est le Corps du Christ, participe à l'offrande de son Chef. Avec Lui, elle est offerte elle-même tout entière. Elle s'unit à son intercession auprès du Père pour tous les hommes. Dans l'Eucharistie, le sacrifice du Christ devient aussi le sacrifice des membres de son Corps. La vie des fidèles, leur louange, leur souffrance, leur prière, leur travail, sont unis à ceux du Christ et à sa totale offrande, et acquièrent ainsi une valeur nouvelle. Le sacrifice du Christ présent sur l'autel donne à toutes les générations de chrétiens la possibilité d'être unis à son offrande.

Dans les catacombes, l'Eglise est souvent représentée comme une femme en prière, les bras largement ouverts en attitude d'orante. Comme le Christ qui a étendu les bras sur la croix, par lui, avec lui et en lui, elle s'offre et intercède pour tous les hommes.

1369 Toute l'Eglise est unie à l'offrande et à l'intercession du Christ. Chargé du ministère de Pierre dans l'Eglise, le Pape est associé à toute célébration de l'Eucharistie où il est nommé comme signe et serviteur de l'unité de l'Eglise Universelle. L'évêque du lieu est toujours responsable de l'eucharistie, même lorsqu'elle est présidée par un prêtre; son nom y est prononcé pour signifier sa présidence de l''Eglise particulière, au milieu du presbyterium et avec l'assistance des diacres. La communauté intercède aussi pour tous les ministres qui, pour elle et avec elle, offrent le sacrifice eucharistique:

Que cette eucharistie seule soit regardée comme légitime, qui se fait sous la présidence de l'évêque ou de celui qu'il en a chargé (S. Ignace d'Antioche, Smyrn. 8,1).

C'est par le ministère des prêtres que se consomme le sacrifice spirituel des chrétiens, en union avec le sacrifice du Christ, unique Médiateur, offert au nom de toute l'Eglise dans l'Eucharistie par les mains des prêtres, de manière non sanglante et sacramentelle, jusqu'à ce que vienne le Seigneur lui-même (PO 2).

1370 A l'offrande du Christ s'unissent non seulement les membres qui sont encore ici-bas, mais aussi ceux qui sont déjà dans la gloire du ciel:

C'est en communion avec la très Vierge Marie et en faisant mémoire d'elle, ainsi que de tous les saints et toutes les saintes, que l'Eglise offre le sacrifice eucharistique.

Dans l'Eucharistie, l'Eglise, avec Marie, est comme au pied de la Croix, unie à l'offrande et à l'intercession du Christ.


Catéchisme de l'Eglise catholique, 1992.

JE PARTICIPE !