L'institution de l'eucharistie (C.O.E.)

L'institution de l'eucharistie (C.O.E.)

Le Conseil oecuménique des Églises (C.O.E.) est « une communauté fraternelle d'Églises qui confessent le Seigneur Jésus-Christ comme Dieu et Sauveur selon les Écritures et s'efforcent de répondre ensemble à leur commune vocation pour la gloire du seul Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit » (constitution).

1. L'Église reçoit l'eucharistie comme un don de la part du Seigneur. Saint Paul écrivait :

« Voici ce que j'ai reçu du Seigneur, et ce que je vous ai transmis : le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, et, après avoir rendu grâce, il le rompit et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous, faites cela en mémorial (anamnesis) de moi ». Il fit de même pour la coupe, après le repas, en disant : "Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites cela, toutes les fois que vous en boirez, en mémorial de moi". »

(1 Co 11,23-25; cf. Mt 26,26-29; Mc 14,22-25; Lc 22,14-20)

Les repas que Jésus a partagés durant son ministère terrestre, et dont le récit nous est conservé, proclament et mettent en oeuvre le Royaume tout proche : la multiplication des pains en est un signe.

Lors de son dernier repas, la communion du Royaume a été mise en relation avec la perspective des souffrances de Jésus.

Après sa résurrection, le Seigneur a manifesté sa présence et s'est fait connaître à ses disciples dans la fraction du pain. Ainsi l'eucharistie est en continuité avec ces repas de Jésus durant sa vie terrestre et après sa résurrection, qui sont toujours des signes du Royaume.

Les chrétiens considèrent que l'eucharistie est préfigurée par le mémorial de la délivrance, dans la Pâque d'Israël, libération du pays de servitude, et par le repas de l'Alliance au mont Sinaï (Ex 24).

Elle est le nouveau repas pascal de l'Église, le repas de la Nouvelle Alliance que le Christ a donné à ses disciples comme le mémorial (anamnesis) de sa mort et de sa résurrection, comme l'anticipation du festin de l'Agneau (Ap 19,9); le Christ a ordonné à ses disciples de faire mémoire de lui et de le rencontrer ainsi, dans ce repas sacramentel, comme peuple de Dieu pérégrinant, jusqu'à son retour.

Le dernier repas célébré par Jésus fut un repas liturgique qui utilisait des paroles et des gestes symboliques. En conséquence, l'eucharistie est un repas sacramentel qui, par le moyen de signes visibles, nous communique l'amour de Dieu en Jésus-Christ, l'amour dont Jésus aima les siens jusqu'à l'extrême » (Jn 13,1).

On lui a donné divers noms, par exemple : le repas du Seigneur, la fraction du pain, la cène, la communion, la divine liturgie, la messe. Sa célébration est toujours l'acte central du culte de l'Église.


Conseil oecuménique des Églises (C.O.E.)

Baptême, eucharistie, ministère (Document de Foi et constitution n° 111)