Marie, Mère de la miséricorde

Marie Mère de la miséricorde (Odon de Cluny † 943)

C'est de Cluny que s'est répandu le titre marial de « Mère ou Reine de la miséricorde ». La tradition clunisienne raconte comment l'origine du titre « Mater misericordiae » fut liée à un événement de la vie de saint Odon († 943), second abbé de Cluny et initiateur de la réforme monastique.

Le saint bénédictin réussit à convertir un voleur qui ensuite se sentit appelé à la vie monastique et mena une existence marquée par une ferveur religieuse intense. Pendant la grave maladie qui le mena à la mort, ce religieux confia à Odon le fait qu'il eut une vision de la Vierge qui s'était présentée à lui comme « Mère de la miséricorde » et lui avait promis de le porter avec elle en paradis[1].

Ayant entendu le récit, Odon commença à nourrir une prédilection remarquable pour le titre de « Mère de la miséricorde » qu'il répéta souvent, comme par exemple dans cette belle prière :

« O Dame, mère de miséricorde, toi qui dans cette nuit as donné au monde le Sauveur, sois pour moi une digne intercétrice. Je me réfugie dans ton enfantement glorieux et singulier, o très pieuse ; mais toi, incline vers mes prières l'oreille de ta bonté.

Je crains énormément que ma vie puisse déplaire à ton Fils ; mais comme, o Dame, il s'est révélé au monde par toi, je te prie : puisse-t-il par ton intervention avoir immédiatement pitié de moi. »[2]


[1] Vita sancti Odonis 2, 20, PL 133, 72 AB

[2] Vita sancti Odonis PL 133, 47 BC


L. GAMBERO, Maria nel pensiero dei teologi latini medievali,

ed San Paolo, 2000, p. 98