Notre Père, ne nous laisse pas succomber à la tentation

Notre Père, ne nous laisse pas succomber à la tentation

 

Cette traduction est la traduction traditionnelle. Par cette prière, nous demandons la grâce, nous reconnaissons avoir besoin de la grâce, et nous savons aussi que nous par cette grâce nous pouvons mériter :

 

 

N'est-ce pas la grâce que nous implorons, quand nous demandons de ne pas succomber à la tentation (Mt 6, 13)?

Cette grâce n'est pas la nature, mais un secours qui est accordé à notre nature fragile et viciée.

Cette grâce n'est pas davantage la science de la loi, mais c'est d'elle que l'Apôtre a dit: «Je ne rendrai pas inutile la grâce de Dieu; car si la loi produit la justification, c'est donc en vain que Jésus-Christ est mort pour nous» (Ga 2, 21).

 

(Saint Augustin, des actes du procès de Pélage, § 20)

 

 

N'est-ce pas dans ce sens que le Seigneur, dit à Pierre: «J'ai prié pour toi, j'ai demandé que ta foi ne défaille jamais?»(Lc 22, 32) Est-ce que le Sauveur ne demandait pas que Dieu lui conservât la foi, de crainte qu'elle ne vînt à succomber dans la tentation?

Dès lors, bienheureux Paul, vous le grand prédicateur de la grâce, vous ne vous irriterez pas contre moi, si, empruntant le langage qui résume vos paroles et vos enseignements, je dis et proclame que la couronne est accordée aux mérites, mais que les mérites sont le don de Dieu.

 

(Saint Augustin, des actes du procès de Pélage, § 35)

 

 

Entre nous et les Pélagiens voici la différence: tout en résistant au démon, non seulement les hommes peuvent mais ils doivent implorer le secours divin, c'est là ce que nous enseignons hautement; les Pélagiens, au contraire, attribuent toute cette résistance à la volonté humaine, de telle sorte que la prière n'est plus une partie nécessaire de la piété.

C'est pour résister au démon et le chasser loin de nous, que nous adressons à Dieu cette prière: «Ne nous laissez point succomber à la tentation (Mt 6, 13)».

C'est également dans ce but que nous est adressé cet avertissement semblable à celui qu'un général adresserait à ses soldats: «Veillez et priez, afin que vous n'entriez pas en tentation (Mc 14, 38)».

 

(Saint Augustin, des actes du procès de Pélage, § 62)

 

 

«Chacun est tenté par sa propre concupiscence, qui l'entraîne et le séduit; Dieu, au contraire, ne tente personne (Jc 1, 13-14)», au moins d'une tentation nuisible.

La tentation, en effet, devient véritablement utile, quand, au lieu de nous aveugler et de nous vaincre, elle sert à nous éprouver, suivant cette parole: «Eprouvez-moi, Seigneur, et tentez-moi (Ps 25, 2)».

Conséquemment, par rapport à cette tentation nuisible que l'Apôtre dépeint d'un seul trait: «De peur que celui qui tente ne vous eût peut-être tentés, et que notre travail ne fût inutile (1 Th 3, 5)»; Dieu, comme je l'ai dit, n'emploie jamais ce genre de tentation; en d'autres termes, il n'induit ou ne fait entrer personne dans la tentation.

Car être tenté, mais sans entrer dans la tentation, ce n'est pas un mal, c'est au contraire un bien, puisque c'est en cela que consiste l'épreuve. Aussi, quand nous disons à Dieu: «Ne nous induisez prit en tentation», nous ne disons pas autre; chose que ceci: Ne permettez pas que nous soyons induits.

 

(Saint Augustin, du don de la persévérance VI, 12)

 

 

 

 

 

 


Synthèse F. Breynaert

 

Lire plus sur saint Augustin...

 

NOTE : Le 3 décembre 2017, la nouvelle traduction du Notre Père entrera en vigueur : pour comprendre ce changement, voici un article sur le nouveau Notre Père.  

 

 

 

NOTE : Le 3 décembre 2017, la nouvelle traduction du Notre Père entrera en vigueur : pour comprendre ce changement, voici un article sur le nouveau Notre Père.  

 

JE PARTICIPE !