Pardonner comme on porte dans les bras un enfant

Pardonner comme on porte dans les bras un enfant

« Supportez-vous les uns les autres avec charité » (Ép 4,2).

C'est bien la loi même du Christ (Ga 6,2).

Lorsqu'en mon frère je perçois quelque chose d'incorrigible, par suite de difficultés ou d'infirmités physiques ou morales, pourquoi ne pas le supporter avec patience, pourquoi ne pas l'en consoler de tout cœur, selon la parole de l'Écriture : « Leurs enfants seront portés sur les bras et consolés sur les genoux » (Is 66,12) ?

Serait-ce qu'elle me manque cette charité qui supporte tout, qui est patiente pour soutenir, indulgente pour aimer ? (cf. 1Co 13,7).

Telle est en tous cas la loi du Christ.

Dans sa Passion, il a « vraiment pris sur lui nos souffrances », et, dans sa miséricorde, « s'est chargé de nos douleurs » (Is 53,4), aimant ceux qu'il portait, portant ceux qu'il aimait.

Celui qui, au contraire, se montre agressif envers son frère en difficulté, celui qui tend un piège à sa faiblesse, quelle qu'elle soit, se soumet manifestement à la loi du diable et l'accomplit.

Soyons donc mutuellement compatissants et pleins d'amour fraternel, supportons les faiblesses et poursuivons les vices...


Isaac de l'Étoile (XII° siècle),

moine cistercien

Sermon 31 : PL 194,1792-1793