La vision intellectuelle (Thérèse d’Avila, 6° demeure)

Epreuves et visions de la 6° demeure (Thérèse d’Avila)

Dans les sixièmes demeures du Château intérieur, Thérèse d'Avila explique que Dieu envoie des épreuves fortes mais aussi qu'Il permet à l'âme de jouir des choses du ciel.

Les épreuves des 6° demeures :

Les médisances et les moqueries, ou les louanges irrecevables car l'âme a déjà bien trop conscience de sa misère.

Les maladies qui sont des douleurs extérieures qui pénètrent à l'intérieur ;

Les confesseurs qui, voyant quelque imperfection, condamnent tout en bloc.

Le fait que l'âme soit incapable de prière mentale : elle est dégoûtée et de mauvaise humeur[1].

Le remède :

« Le meilleur remède, je ne dis pas pour guérir, car je n'en trouve pas, mais pour supporter ce mal, c'est de s'occuper à des œuvres de charité extérieures et d'espérer en la miséricorde de Dieu » [2] ; seule la miséricorde de Dieu, au moment le plus inattendu, dissipe les nuages et l'âme se retrouve ensoleillée. Car Dieu veut « que nous voyions en lui le Roi, et en nous notre misère »[3].

Quand le Seigneur, ou son ange, parle, sa parole est une action, qui produit paix et certitude. Ces paroles font comprendre beaucoup de choses (beaucoup plus rapidement que ce que l'imagination composerait) [4].

Les visions intellectuelles :

« Lorsque le Seigneur juge bon de communiquer à l'âme ravie certains secrets, ou certaines choses du ciel, ou des visions imaginaires, elle peut ensuite en faire le récit ; cela reste gravé dans sa mémoire de telle manière que jamais elle ne l'oublie. Mais quand ce sont des visions intellectuelles, elles est incapable de rien en dire. » [5].

« Vous demanderez comment on comprend quand c'est le Christ, sa Mère très glorieuse, ou un saint, puisqu'on ne voit rien. L'âme ne saurait le dire, elle ne peut comprendre comment elle le comprend, mais elle en a l'immense certitude. » [6].

« La prieure ne doit pas imaginer que la sœur qui reçoit ces choses vaut mieux que les autres : le Seigneur conduit chacune d'elles de la manière qui lui semble utile. Elles la prédisposent à devenir une grande servante de Dieu, si elle s'aide elle-même. Mais il arrive que Dieu conduise les plus faibles dans cette voie. » [7].

Les blessures d'amour divin :

« On ne sent pas cette blessure là où se sentent les peines d'ici-bas, mais ce me semble, au plus profond et intime de l'âme ; là, cette douleur aiguë, qui passe soudain, réduit en poussière tout ce qu'elle trouve en nous : de terrestre et de naturel, et à ce moment il nous est impossible de nous rappeler quoi que ce soit de notre être ; à l'instant, les puissances sont ligotées, elles n'ont plus aucune liberté, sauf celle d'accroître cette douleur. »[8]

Les fruits :

« Un amour infiniment tendre pour sa Majesté [Dieu], et, comparé à tout ce que j'ai déjà dit, le désir encore plus vif de se consacrer tout entière à la servir, joint à une grande limpidité de conscience » [9]

Le visions imaginaires.

Pour les visions imaginaires (apparitions), Thérèse d'Avila dit qu'il ne faut pas désirer emprunter cette voie, mais que cela peut être un don de Dieu ; davantage que pour les visions intellectuelles, il est important de discerner.

« Les confesseurs doivent être donc sur leurs gardes jusqu'à ce que, avec le temps, ces apparitions montrent leurs fruits, observer peu à peu ce que l'âme y gagne en humilité et en force dans la vertu ; car s'il s'agit du démon, il se montrera bientôt à des signes évidents, on le surprendra en mille mensonges.

Si le confesseur a de l'expérience, s'il est passé par-là, il aura tôt fait de tout comprendre ; au récit qu'on lui fera, il comprendra immédiatement si c'est Dieu, ou l'imagination, ou le démon ; en particulier si Sa Majesté lui a accordé de connaître les esprits ; s'il a ce don, et s'il est docte, même s'il n'a pas d'expérience il le verra très bien. »[10]

Et encore...

Thérèse d'Avila décrit encore de nombreuses grâces de la 6° demeure, et surtout le très grand désir de jouir de Dieu ou de le servir, au point que souvent le corps s'en ressent, par exemple le pouls est très faible, ou les articulations sont distendues. « Elle est d'autant plus détachée des créatures qu'elle voit que son Créateur est seul à pouvoir la consoler et combler son âme »[11].


[1] Cf. Sixièmes demeures, I

[2] Sixièmes demeures, I, 13

[3] Sixièmes demeures, I, 12.

[4] Cf. Sixièmes demeures, III

[5] Cf. Sixièmes demeures, IV, 5

[6] Cf. Sixièmes demeures, VIII, 6

[7] Cf. Sixièmes demeures, VIII, 10

[8] Cf. Sixièmes demeures, XI, 2

[9] Cf. Sixièmes demeures, VIII, 4

[10] Cf. Sixièmes demeures, IX, 11

[11] Sixièmes demeures, XI, 9


Synthèse F. Breynaert

JE PARTICIPE !