Adam et Eve, Jésus et Marie

Adam et Eve, Jésus et Marie

Adam et Eve, nouvel Adam et nouvelle Eve

C'est d'une rude façon vraiment, mes bien-aimés, qu'un homme et une femme nous ont porté préjudice ; Dieu merci ! il s'est trouvé pareillement un homme et une femme pour tout réparer. Et cela s'est accompli non sans un surcroît abondant de grâces.

De plus, il n'y a aucune proportion entre le délit et le bienfait, et l'ampleur du don dépasse de beaucoup le dommage.

Je m'explique : le divin ouvrier en sa suprême habileté et clémence, n'a pas mis en pièces ce qui déjà était fêlé, mais, pour un plus grand profit, il a complètement repris son œuvre, façonné pour nous un Adam nouveau en partant de l'ancien, et transmué Ève en Marie.

Il n'est pas bon que l'homme soit seul (Gn 2, 18)

Il n'est pas bon que le Christ soit seul

Sans doute le Christ pouvait suffire, et de fait actuellement, tout ce qui suffit à notre salut vient de lui, mais pour nous, il n'était pas bon que l'homme fût seul : il y avait au contraire haute convenance, à ce que fussent présents, pour aider à notre relèvement, les deux sexes qui, ni l'un ni l'autre, n'avaient manqué de prendre part à notre perte.

Homme, le Christ Jésus est sans conteste un sûr et fort puissant médiateur entre Dieu et les hommes, mais en lui les humains redoutent la majesté. L'humanité semble en lui absorbée dans la divinité, non par changement de nature, mais par déification des sentiments.

Nos chants ne célèbrent pas sa seule miséricorde ; nous chantons pareillement ses jugements car s'il apprit à l'école de la souffrance à se montrer compatissant, il n'en garde pas moins toute la puissance du juge.

Pour tout dire, notre Dieu est un feu dévorant (Dt 4, 24 ; He 12, 29). Comment un pécheur ne redouterait-il pas de s'en approcher dans la crainte de périr en face de Dieu, comme s'écoule la cire au contact de la flamme?

Maintenant il est évident que cette femme, bénie entre toutes les femmes, ne restera pas sans rien faire. Sa place est toute trouvée dans la réconciliation qui nous occupe.

Marie, Médiatrice auprès du médiateur

Puisqu'il faut un médiateur auprès du Médiateur qui nous est donné, personne ne le sera plus avantageusement pour nous que Marie.

Médiatrice, Ève le fut aussi, mais combien cruelle : par elle l'antique serpent inocula même à l'homme son virus pestilentiel. Mais, en revanche, médiatrice fidèle, Marie, elle, a fait boire, aux hommes comme aux femmes, le contre-poison sauveur.

Celle-là fut instrument de séduction, celle-ci de pardon : celle-là suggéra la désobéissance, celle-ci apporta la délivrance.


Saint Bernard (1091-1153),

Sermon des douze étoiles, §1-2,

dans Ecrits sur la Vierge Marie, Mediaspaul, Paris 1995, p. 15-17