La maison de la Sainte Trinité : la Vierge Marie

De la maison de la Sainte Trinité, c'est-à-dire de la Vierge Marie

Ainsi cette Sagesse qui était la sagesse de Dieu, et qui était Dieu, venant à nous du sein du Père, s'est édifié une demeure, je veux parler de la Vierge Marie sa mère, et dans cette demeure il a taillé sept colonnes.

Qu'est-ce à dire, il a taillé dans cette maison sept colonnes, si ce n'est qu'il l'a préparée par la foi et par les oeuvres à être une demeure digne de lui?

Le nombre trois est le nombre de la foi à cause de la Trinité,

et le nombre quatre est celui des moeurs à cause des quatre vertus principales.

Je dis donc que la Trinité s'est trouvée dans la bienheureuse Marie, et s'y est trouvée par la présence de sa majesté, bien qu'elle n'ait reçu que le Fils quand il s'est uni la nature, humaine : et j'en ai pour garant le témoignage même du messager céleste qui lui découvrit en ces termes le secret de ce mystère :

Je vous salue, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous... (Luc 1, 28)

et un peu après :

Le Saint-Esprit surviendra en vous, et la vertu du Très-Haut vous couvrira de son ombre (Lc 1, 35).

Ainsi vous avez le Seigneur, vous avez la vertu du Très-Haut et vous avez le Saint-Esprit : en d'autres termes, vous avez le Père, le Fils et le Saint. Esprit.

D'ailleurs le Père ne va point sans le Fils, non plus que le Fils sans le Père, de même que le Saint-Esprit, qui procède des deux, ne va ni sans l'un ni sans l'autre, s'il faut en croire ces paroles du Fils :

Je suis dans le Père et le Père est en moi (Jn 14, 10).

Et ailleurs :

Quant à mon Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait tout (Jn 14, 10-11)

Il est clair que la foi de la Trinité se trouvait dans le coeur de la Vierge.


Saint Bernard,
Cinquante-Deuxième Sermon.
De la maison de la sagesse divine, c'est-à-dire de la Vierge Marie.