Lc 1, 42 : Tu es bénie entre toutes les femmes, et béni le fruit de tes entrailles

Lc 1, 42 : Tu es bénie entre les femmes, et béni le fruit de tes entrailles

Tu es bénie, mais parmi les femmes ; ton fils est béni au-dessus de tout

"Tu es bénie parmi les femmes" (Lc 1, 42). Il convient ici de rapprocher de ces paroles d'Élisabeth ce qu'elle-même ajoute à leur suite : "Et le fruit de tes entrailles est béni" (Lc 1, 42)

Non, ce n'est pas parce que tu es bénie qu'est béni le fruit de ton sein; au contraire, c'est lui qui t'a prévenue des bénédictions de sa douceur, voilà pourquoi tu es bénie.

C'est bien vrai, le fruit de ton sein est béni. En lui sont bénis tous les peuples et c'est de sa plénitude que tu as reçu ta part comme tous les autres, bien que d'une manière différente.

Voilà pourquoi tu es bénie, mais bénie parmi les femmes, tandis que lui, ton fils, est béni, non parmi les hommes, ni parmi les anges, mais il est, comme dit saint Paul (Rom 9, 6), Dieu, béni au-dessus de tout pour l'éternité.

On parle d'homme béni, de femme bénie, de pain bénit, de terre bénie et de toute autre créature que l'on sait être bénie, mais c'est de façon singulière qu'est béni le fruit de tes entrailles, puisqu'il est au-dessus de tout, le Dieu béni pour toujours.

Le Christ est béni en son parfum, béni en sa saveur, béni en sa beauté

Il est donc béni, le fruit de ton sein: béni en son parfum, béni en sa saveur, béni en sa beauté. L'arôme de ce fruit embaumé, il le sentait, celui qui s'écriait :

"Voici que l'odeur de mon fils ressemble à celle d'un champ fertile qu'a béni le Seigneur "(Gn 27, 27).

En vérité, n'est-il pas béni, celui qu'a béni le Seigneur? A propos de la saveur de ce fruit, voici la parole enthousiaste d'un homme qui l'avait savouré:

"Goûtez et vous saurez combien est suave le Seigneur" (Ps 33, 9);

et ailleurs :

"Combien grande est l'abondance de ta suavité, celle que tu as réservée à ceux qui te craignent" (Ps 30, 20).

Et un autre d'ajouter: Si toutefois vous avez goûté combien le Seigneur est doux (1 P 2, 3). Et le fruit lui-même nous attire à soi :"Qui me mange aura encore faim, et qui me boit aura soif encore" (Si 24, 29). A n'en pas douter, c'est à cause de sa délicieuse saveur qu'il s'exprimait ainsi : le goûter excite un appétit plus vif. C'est un bon fruit, celui qui, pour les âmes affamées et assoiffées de justice, est à la fois nourriture et breuvage.

Tu viens d'entendre parler de son parfum, de sa saveur, écoute-moi à présent parler de sa beauté. Car si cet antique fruit de mort ne fut pas seulement délicieux à manger, mais de plus, comme en témoigne l'Écriture, beau à voir (Gen 3, 6), combien plus devons-nous rechercher la vivifiante beauté de ce fruit de vie que les anges mêmes sont avides de contempler, comme en témoigne un autre passage de l'Ecriture (1 P 1, 12) ?

La beauté de ce fruit, il la contemplait en esprit et souhaitait la voir des yeux du corps, le psalmiste qui s'écriait : "De Sion rayonne sa ravissante beauté" (Ps 49, 2).

Et pour que tu ne croies pas qu'il s'agisse d'une beauté médiocre, rappelle-toi le texte de cet autre psaume : "Tu es beau, plus que tous les fils d'hommes, la grâce est sur tes lèvres; oui, Dieu t'a béni à jamais!" (Ps 44, 3).


Extraits de Saint Bernard, 3° homélie Super missus est, § 5-6,

dans Ecrits sur la Vierge Marie, Mediaspaul, Paris 1995, p. 80-81