Marie médiatrice, aqueduc des eaux du paradis

Marie médiatrice, aqueduc des eaux du paradis

[Dans un langage très imagé, Saint Bernard traduit la doctrine très ancienne de saint Irénée (2° siècle) sur la "recirculation"].

La vie éternelle est une source intarissable

« [3] La vie éternelle est une source intarissable ; elle arrose toute la surface du paradis, et non seulement elle l'arrose, mais elle l'inonde. Elle est la fontaine des jardins, le réservoir des eaux vives qui jaillissent en flots impétueux du Liban et dont les flots réjouissent la cité de Dieu. Or quelle est cette source de vie sinon le Seigneur Christ ? [...] Et c'est par un aqueduc que descend ce ruisseau céleste [...]

Marie est pour nous l'échelle de Jacob, l'aqueduc des eaux toujours vives

[4] Déjà vous l'avez deviné, si je ne m'abuse, de quel aqueduc je veux parler, qui, recevant la source en sa plénitude au cœur du Père, nous la livre, sinon telle quelle, du moins à la mesure de nos capacités ; vous savez bien à qui fut dit : Je te salue ô pleine de grâce - Mais nous étonnons-nous qu'on ait pu construire un aqueduc de si bonne qualité et d'une telle ampleur, que son sommet, comme l'échelle vue par le patriarche Jacob, touchât le Ciel (Gn 28,1) bien mieux, traversât les cieux et pût atteindre cette source des eaux toujours vives, qui est au-delà des cieux ? [...]

Par sa prière, Marie nous a "trouvé la grâce" [Lc 1, 30]

[5] Mais cet aqueduc, le nôtre, comment peut-il atteindre une source si haut placée ? Comment -vous le pensez bien- sinon grâce à la véhémence de son désir, sinon par l'ardeur de sa piété, sinon par la pureté de sa prière, comme en témoigne l'Ecriture : "La prière du juste traverse les cieux" (Sir 35,21).

Et qui est juste, si ce n'est Marie de qui nous est né le Soleil de justice ?

Comment donc Marie a-t-elle rejoint la majesté inaccessible ? N'est-ce pas en frappant, en suppliant, en cherchant ?

Finalement, ce qu'elle cherchait elle l'a trouvé, elle à qui fut dit : Tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Mais quoi ? Marie est pleine de grâce [Lc 1, 28] et voilà qu'elle trouve encore la grâce ? [Lc 1, 30]

C'est qu'elle est particulièrement digne de trouver ce qu'elle cherche, elle à qui ne suffit pas sa propre plénitude, qui ne peut se contenter de son propre bien, mais qui, selon l'Ecriture : "Qui me boit aura soif encore" (Si 24,29) demande un débordement de grâce pour le salut de tous. [...]


St Bernard († 1153)

Sermon sur la Nativité de Marie « De aquaeductu » (sermon de l'aqueduc) § 3-5

Traduction par Jacques Brault,

L'expérience de Dieu avec Bernard de Clairvaux, ed Fides, 1999, Quebec.