La mère de la miséricorde (St Eadmer + 1124)

La mère de la miséricorde

Saint Eadmer s'adresse ainsi à la mère de Jésus :

« Lui, [Dieu], est notre miséricorde et toi, tu es la Mère de la miséricorde. »

De conceptione, PL 159, 314 D –315 A

« O Notre Dame, si ton Fils, grâce à toi, est devenu notre frère, est-ce que, grâce à lui, tu n’es pas devenue notre mère ? Pendant qu’il devait affronter pour nous la mort en croix, il dit à Jean, un homme en qui nous étions tout inclus : « Voilà ta mère » (Jn 19,27).

O homme pécheur réjouis-toi et exulte. Tu n'as pas de motif de craindre ou de te désespérer. Quelque soit le jugement qui sera formulé à ton égard, il dépendra du verdict de ton frère et de ta mère. Donc ne détourne pas de leur conseils l'oreille de ton cœur.

Ton juge, c’est à dire ton frère, t'a enseigné à recourir à l'aide de sa mère ; et cette mère t'a exhorté à se réfugier avec confiance sous les ailes protectrices de son Fils et elle n’a pas niée son intervention pour que tu ne te sentes pas opprimé par le poids de sa justice.

O Marie, qu'est-ce que nous dirons, avec quelle voix ou avec quel cœur jubilant nous exprimerons la reconnaissance dont nous nous sentons en dette à ton égard ? »

Saint Eadmer, De conceptione, PL 159,315 AC

Dieu a confié à sa Mère une mission privilégiée et elle continue de la remplir depuis les cieux :

« Si le nom de la Mère est invoqué, ses mérites ont une telle force d’intercession que celui qui prie est écouté même si ses mérites ne correspondent pas à la demande. »

Saint Eadmer, De excellentia, 12 PL, 159, 580 B


Luigi GAMBERO,

Extraits de : Luigi GAMBERO, Maria nel pensiero dei teologi latini medievali,

ed San Paolo, 2000, p. 135-143