De la pauvreté à la sainte Trinité, avec la Vierge Marie (Ste Claire)

De la pauvreté à la sainte Trinité, avec la Vierge Marie

Claire a gardé le testament que François d'Assise a donné aux clarisses : le Christ est Marie sont les modèles à suivre aussi bien pour Claire que pour François d'Assise :

"Puisque par inspiration divine vous vous êtes faites filles et servantes du Très haut et souverain roi, le Père céleste, et que vous avez épousé l'Esprit saint en choisissant de vivre selon la perfection du saint Evangile, je veux et je promets d'avoir toujours, par moi-même et par mes frères, un soin affectueux et une sollicitude spéciale pour vous comme pour eux. [...] Moi, frère François, tout petit, je veux suivre la vie et la pauvreté de notre très haut Seigneur Jésus-Christ et de sa très mère et persévérer en cela jusqu'à la fin ; et je vous prie, mes dames, et je vous donne le conseil de vivre toujours dans cette très vie et pauvreté. Et gardez-vous bien de vous en éloigner jamais en aucune façon, sur l'enseignement ou le conseil de qui que ce soit."[1]

Ce que le saint d'Assise avait dit au sujet de la Mère du Seigneur[2], Claire l'attribue aux sœurs. En elles, émergent les qualités et les fonctions de Marie : filles et servantes du Père très haut, épouse de l'Esprit Saint et disciples fidèles du Christ.

C'est l'inspiration divine qui amène les sœurs à consacrer leur propre vie au Père dans la pleine conformité sponsale avec l'Esprit Saint et la suite du Christ.

L'Esprit, celui-là même qui donna à Marie la capacité de concevoir dans la foi le Fils de Dieu, pousse Claire à suivre Jésus qui s'est fait pauvre pour enrichir celui qui le suit.

Comme Marie, la personne qui se consacre devient envers Dieu une fille, servante, mère, épouse, dame et reine.

C'est ainsi que Claire appelle Agnès de Prague :

"A la fille du Roi des rois, servante du Seigneur des seigneurs, épouse très digne de Jésus-Christ et pour cela reine très noble, dame Agnès." [3]

" ...Puisque vous avez préféré le mépris du siècle aux honneurs, la pauvreté aux richesses temporelles, enfouir des trésors dans le ciel plutôt que dans la terre, là où ni la rouille ne ronge ni la mite ne détruit, ni les voleurs ne saccagent ni ne volent, votre récompense est très copieuse dans les cieux, et vous aurez dignement mérité d'être appelée sœur, épouse et mère du Fils du Père très haut et de la glorieuse Vierge."[4]


[1] Claire, Règle § 6, dans Ecrits, Sources chrétiennes 325, Cerf Paris 1985, p. 145

[2] Marie était saluée par François d'Assise comme «Fille et servante du Roi Très-Haut et Souverain, le Père céleste, Mère de Notre très saint Seigneur Jésus-Christ, Épouse de l'Esprit Saint» Saint François d'Assise, Ecrits, dans SC 285, Le Cerf, Paris 1981, p. 291.

[3] Claire, 2e lettre à Agnès de Prague, §1, dans Ecrits, Sources chrétiennes 325, Cerf Paris 1985, p. 93

[4] Claire, 1e lettre à Agnès de Pragues, § 19-24 dans Ecrits, Sources chrétiennes 325, Cerf Paris 1985, p. 89


Lire plus sur saint François d'Assise...

S. CECCHIN,

Maria Signora Santa e Immacolata nel pensiero francescano,

PAMI, città del Vaticano, 2001, p. 60-61, extraits présentés par F. Breynaert


Dalla povertà alla Trinità, come Maria, con santa Chiara d’Assisi

Chiara conferma il testamento lasciato da Francesco alle clarisse. Cristo e Maria sono i modelli da seguire sia per il frate minore come per la clarissa. :

"Poiché per divina ispirazione vi siete fate figlie e ancelle dell'altissimo sommo Re, il Padre celeste, e vi siete sposate allo Spirito Santo, scegliendo di vivere secondo la perfezione del santo Vangelo, voglio e prometto, da parte mia e dei miei frati, di avere sempre di voi, come di loro, attenta cura e sollecitudine speciale"(1).

"Io, frate Francesco piccolo, voglio seguire la vita e la povertà dell'altissimo Signor nostro Gesù Cristo e della sua santissima Madre, e perseverare in essa fino alla fine (cfr. Mt 10, 22). E prego voi, mie signore e vi consiglio che viviate sempre in questa santissima vita e povertà."(2)

Quanto il santo di Assisi aveva detto salutando la Madre del Signore (3), lo stesso attribuisce a Chiara e alle sorelle. In esse emergono le qualità e le mansioni di Maria: di figlie e ancelle del Padre celeste, spose dello Spirito Santo e fedeli discepole del Cristo.

È la "divina ispirazione" che conduce le sorelle a consacrare la propria vita al Padre nella piena conformità sponsale con lo Spirito e la sequela di Cristo.

E lo Spirito, quello stesso che diede a Maria la capacità di concepire nella fede il Figlio di Dio, spinge Chiara alla sequela di quel Gesù che si è fatto povero per arricchire chiunque lo segue.

Come Maria, dunque, anche la persona che si consacra a Dio diventa figlia, ancella, madre, sposa, signora e regina.

Così Chiara chiama Agnese di Praga :

"Alla figlia del Re dei re, all'ancella del Signore dei signori, alla sposa degnissima di Gesù Cristo, e perciò alla regina mobilissima signora Agnese, saluti"(4).

[...]

"Invero, voi, che avete preferito il disprezzo del mondo agli onori, la povertà alle ricchezze temporali, e avete affidato i vostri tesori, piuttosto che alla terra, al cielo, ove non li corrode ruggine, non li consuma il tarlo, non li scoprono né rubano i ladri (Mt 6,20), voi riceverete abbondantissima ricompensa nei cieli (Mt 5,12), e avete meritato degnamente di essere chiamata sorella, sposa e madre del Figlio dell'Altissimo Padre e della gloriosa Vergine."(5)


[1] Chiara, Regula, VI, 3-4

[2] Chiara, Regula,VI,. 7-9

[3] Francesco, Officium passionis Domini, Antiphona.

[4] Chiara, Epistola ad sanctam Agnetem de Praga. Epistola II, 1.

[5] Chiara, Epistola ad sanctam Agnetem de Praga, Epistola I, n. 22-24.

S. Cecchin,

Maria Signora Santa e Immacolata nel pensiero francescano,

PAMI, città del Vaticano, 2001, p. 60-62

titolo e estratti da Françoise Breynaert