Ste Mechtilde de Hackeborn (1240-1298)

Sainte Mechtilde

Mechtilde ou Mathilde naquit en 1241 ou 1242 à Hackeborn, en tant que comtesse. Elle devint religieuse dans le couvent bénédictin de Helfa.

"Elle se distinguait par son humilité, sa ferveur, son amabilité, la transparence et l'innocence de sa vie, la familiarité et l'intensité avec lesquelles elle vivait la relation avec Dieu, la Vierge et les saints."[1]

La doctrine de Mechtilde, ou Mathilde, est comme le commentaire des textes liturgiques, et particulièrement de l'Ave Maria.

Les anges conduisent Mechtilde à Marie, et lui rappellent ses joies.

Mechtilde félicite Marie plus qu'elle ne la supplie ; elle contemple sa gloire plus que ses douleurs. Marie est le modèle de l'âme à cause de la richesse de ses vertus.[2]

Citons une prière caractéristique reprise par Benoît XVI dans l'audience du 29 septembre 2010 :

«Je vous salue, ô Vierge très vénérée, dans cette douce rosée qui, du Cœur de la Très Trinité, se répand en vous;

je vous salue dans la gloire et dans la joie avec laquelle vous vous réjouissez à présent dans l'éternité,

vous qui la première d'entre toutes les créatures de la terre et du ciel, fûtes élue avant même la création du monde! Amen. »[3]


[1] Benoît XVI, audience du 29 septembre 2010

[2] Dom J. Leclercq, Dévotion et théologie mariales dans le monachisme bénédictin, dans Hubert du Manoir, Maria, tome 2, Beauchêne Paris 1952, p. 563

[3] Mechtilde, Liber specialis gratiae, Le Livre de la Grâce spéciale, I, 45

Françoise Breynaert

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention