La volonté de Marie unie à la Volonté divine dès le début de sa vie (L. Piccarreta)

La volonté de Marie unie à la Volonté divine dès le début de sa vie

[Résumé : Sans s'attarder sur la question de la croissance humaine et donc aussi de la croissance de la volonté humaine, Luisa médite sur la sainteté de Marie.

C'est une sainteté qui l'a préparée à devenir la mère de Dieu.

C'est une sainteté constante, dès le premier instant de la vie de Marie.

La grâce reçue par Marie est une grâce d'union au Vouloir Divin.

A cette grâce Marie répond par son FIAT et le sacrifice permanent de sa volonté humaine.

Le Fils de Dieu ne pouvait s'incarner que là où règne la Volonté Divine.

Par son union à la Volonté Divine, Marie a possédé le ciel et la terre, et Dieu Lui-même puisqu'elle en possédait la volonté !]

-1-

« Or, sache, ma fille, qu'à peine avais-je été conçue que je faisais déjà la joie de la Divinité. Ciel et Terre me célébrèrent en me reconnaissant comme leur Reine. Je m'identifiais tellement à mon Créateur que je me sentais comme maîtresse dans les domaines divins. En vérité, je ne connus pas ce qu'était la séparation d'avec mon Créateur ; un même vouloir Divin régnait en moi et en Elles (les trois personnes divines), et qui nous rendait inséparables.

Et tandis que tout était sourire et joie en moi et en Elles, je voyais pourtant qu'Elles ne pouvaient se fier à moi tant qu'Elles n'avaient pas reçu de preuve de ma part... [...]

Le FIAT Divin me dit alors : « je ne te demande pas un fruit come à Adam, non, non, mais je te demande ta volonté. Tu l'auras comme si tu ne l'avais pas, elle sera sous le pouvoir de mon Vouloir Divin, Lequel sera toute Vie en toi et assuré de faire tout ce qu'Il voudra de toi. »[1]

-2-

« Quand Dieu me réclama mon vouloir humain, (je compris) le mal profond que peut faire la volonté humaine dans la créature (et) comment elle met tout en danger, même les œuvres les plus belles de son Créateur. La créature, avec son vouloir humain, est toute hésitation ; elle est fragile, inconstante, désordonnée. Et cela, parce que Dieu, en la créant, l'avait créée par nature même unie à sa Volonté divine : cette Volonté divine devait donc être la force, le moteur, le soutien, la nourriture, la vie même de la volonté humaine... [...]

Aussi, moi, ta maman, saisie par la crainte mais plus encore par l'amour envers mon Créateur, j'ai juré de ne jamais faire ma volonté ; et pour manifester plus sûrement encore mon sacrifice envers Celui qui m'avait donné une telle surabondance de grâces et de privilèges, j'ai pris ma volonté humaine et l'ai enchaînée au pied du Trône Divin, en hommage continu d'amour et de sacrifice. J'ai juré de ne jamais user, ne serait-ce qu'un seul petit instant de ma vie, de ma volonté propre mais de faire toujours Celle de Dieu. [...]

Ma fille, mon sacrifice de vivre sans ma volonté ne te paraîtra peut-être pas bien important à toi ? Mais je te dis, moi, qu'il n'y a pas eu de sacrifice comme le mien ; bien plus encore, on pourrait même dire que tous les sacrifices de toute l'histoire du monde ne sont rien à côté. [...]

Dieu attendait cette preuve-là - c'est-à-dire une âme qui vécut sans volonté propre - pour se réconcilier le genre humain et pour lui accorder sa clémence et sa miséricorde. » [2]

-3-

« Après la victoire dans l'épreuve, le FIAT Divin a fait son sixième pas dans mon âme ; Il m'a fait entrer en possession de toutes les richesses divines autant qu'il est possible et imaginable de le faire pour une créature. Tout était à moi, le Ciel et la Terre, et Dieu lui-même dont je possédais la volonté même ! Je sentais que je possédais la Sainteté, l'Amour, la Beauté, la Puissance, la Sagesse et la Bonté de Dieu. Je me sentais Reine de tout ; je ne me sentais pas étrangère dans la maison de mon Père du Ciel : j'éprouvais fortement sa Paternité et le bonheur suprême d'être sa fidèle enfant... [...] Par sa puissance incommensurable et sa clairvoyance en toutes choses, la Volonté Divine a renfermé en mon âme toutes les créatures sans exception de sorte que je sentais dans mon cœur maternel une petite place pour chacune d'entre elles. » [3]


[1] Luisa Piccarreta, La reine du Ciel dans le royaume de la Volonté divine sur la terre, 4° jour. Resiac, Montsur 2000, p. 28-29

[2] Luisa Piccarreta, La reine du Ciel dans le royaume de la Volonté divine sur la terre, 5° jour. Resiac, Montsur 2000, p. 32-33

[3] Luisa Piccarreta, La reine du Ciel dans le royaume de la Volonté divine sur la terre, 6° jour. Resiac, Montsur 2000, p. 35-36

Extraits par F. Breynaert

Lire plus sur Luisa Piccarreta (1865-1947)

JE PARTICIPE !