Conçue immaculée et Immaculée Conception (Kolbe)

Conçue immaculée et Immaculée Conception (Kolbe)

Saint Maximilien Kolbe n'a été qu'une seule fois à Lourdes, le 30 janvier 1930. Il y était venu pour demander la bénédiction de la Mère Immaculée avant son départ en mission en Extrême Orient[1].

En 1854, quatre ans avant les apparitions de Lourdes, le pape Pie IX a défini le dogme de Marie immaculée en sa conception.

Mais

En 1858, à Lourdes, Marie a dit : « Je suis l'immaculée conception ». Et l'on comprend que le curé de Lourdes ait vacillé sous le choc en disant : « une dame ne peut pas porter ce nom là ! »[2]. Car ce titre ne semble pas découler directement de la définition du dogme : l'expression n'a pas une signification passive (je suis conçue immaculée), mais une signification active (je suis conception).

Saint Maximilien Kolbe méditera ce mystère toute sa vie.

Immaculée Conception, « ce nom doit lui être cher parce qu'il signifie sa grâce d'origine, qu'elle a reçu dès le premier instant de son existence, et nous savons que le don premier est toujours le plus cher. [...]

Immaculée Conception ne signifie pas, comme certains le pensent, que la Vierge n'avait pas de père sur la terre. Elle est sortie, comme tous les enfants de la terre, du sein d'une famille, et elle avait un vrai père et une vraie mère.

Elle est dire conçue : donc elle n'est pas Dieu, qui n'a pas de commencement, ni un ange créé immédiatement par Dieu... »[3]

« Qu'est donc l'Immaculée ? Qui la comprendra parfaitement ? Marie, Mère de Dieu, l'Immaculée, mieux : l'Immaculée Conception, comme elle a voulu elle-même se dénommer à Lourdes.

Ce que veut dire mère, on le sait, mais 'de Dieu', on ne peut le comprendre par la raison, dans notre cerveau limité.

Seul Dieu sait parfaitement ce que veut dire : 'Immaculée'.

'Conçue immaculée, on le comprend un peu, mais 'Immaculée Conception', c'est plein des plus consolants mystères. »[4]


[1] P.G.M. Domanski, Lourdes et le père Maximilien Kolbe, Rome 1974, avant propos, p.3).

[2] R. Laurentin, Récit authentique des apparitions, Editions Lethielleux, p. 225.

[3] Père Kolbe, Ebauche, 1940. Cité dans H.M. Manteau-Bonamy, La doctrine mariale du Père Kolbe, Ed. Lethielleux Paris 1975, p. 32-34

[4] Père Kolbe, Lettre au P. Antoine Vivoda, 12 avril 1933. Cité dans H.M. Manteau-Bonamy, La doctrine mariale du Père Kolbe, Ed. Lethielleux Paris 1975, p. 32


Synthèse Françoise Breynaert

Lire plus sur Saint Maximilien Kolbe

JE PARTICIPE !