Emerveillement devant la Vierge de Noël

Emerveillement devant la Vierge de Noël

Dans les églises syro-occidentales,

La fête de Noël célèbre la venue du Fils de Dieu, le Seigneur, le Pasteur, le Verbe de Dieu, l'Agneau, le Sauveur, celui qui revêt de beauté toute chose.

Et, le lendemain, le 26 décembre est aussi une fête, appelée « Qulosoh d'Yoldat Aloho » ou « félicitations de la Mère de Dieu ». Cette fête correspond dans l'Eglise byzantine à la fête de la maternité divine de Marie célébrée le même jour.

Une hymne de saint Ephrem nous fait entrer dans la profondeur de ces deux fêtes :

Le Seigneur vint en elle pour se faire serviteur.

Le Verbe vint en elle

pour se taire dans son sein.

La foudre vint en elle

pour ne faire aucun bruit.

Le pasteur vint en elle

et voici l'Agneau né, qui pleure sans bruit.

Car le sein de Marie

a renversé les rôles:

Celui qui créa toutes choses

est entré en possession de celles-ci, mais pauvre.

Le Très-Haut vint en Elle (Marie),

mais il y entra humble.

La splendeur vint en elle,

mais revêtue de vêtements humbles.

Celui qui dispense toutes choses

connut la faim.

Celui qui étanche la soif de chacun

connut la soif.

Nu et dépouillé, il naquit d'elle,

lui qui revêt (de beauté) toutes choses."


Saint Ephrem, Hymne "De Nativitate" 11, 6-8,

cité par Benoît XVI, audience générale du 28. 10.2007.

JE PARTICIPE !