Hymne 3 de la Nativité (St Ephrem † 373)

Hymne 3 de la Nativité (St Ephrem † 373)

Le Fils habita tout entier dans un corps,

tout entier il y demeura,

ce corps lui suffisait.

Il y demeura, mais n'en fut pas captif:

volontairement, il était dans un corps

mais il s'étendait jusqu'au Père.

Comment put-il donc habiter

tout entier dans un corps et tout entier dans l'univers ?

Béni soit Celui que rien ne peut limiter...

Gloire à lui, qui se fit petit quand par nature il est immense !

Par amour il devient l'Unique de Marie,

Lui qui est l'Unique de la divinité.

On le nomme fils de Joseph, Lui qui est Fils du Très-Haut;

Lui qui par nature est Dieu devient homme par volonté.

Gloire à ta volonté, et gloire à ta nature !

Bénie soit la majesté, qui notre image revêtit...

Le don que nous apporte le jour de ta naissance est tel,

que le Père lui-même n'en a pas un second.

Il n'envoie pas les Séraphim, les Khéroubim,

mais le Fils Unique dont ceux-là sont serviteurs.


Saint Ephrem,

Hymne 3 de la Nativité

Mgr Lamy, S. Ephræmi hymni et sermones. 1887, II p. 461

JE PARTICIPE !