Marie à l'Assomption (St Ephrem †373)

L'Assomption (St Ephrem)

Les Eglises syro-occidentales et syro-orientales célèbrent la fête du "Shunoyo" : l'Assomption, la Dormition et la migration de Marie. C'est "la grande solennité", ou la "fête divine". On s'y prépare par un jeûne (5 jours chez les Nestoriens) et on prolonge la fête pendant 8 jours.

L’existence de la fête de l'Assomption est postérieure à saint Ephrem de plusieurs siècles.

Cependant, saint Ephrem avait déjà chanté l’événement de l’Assomption de la Vierge Marie.

Son hymne est traditionnel dans la liturgie syrienne (hymnes à Marie pour la liturgie des heures, n° 16) :

Le corps de Marie est resté vierge après l’enfantement, ce corps ne connaît pas la corruption après la mort.

Elle est celle qui a porté le Créateur devenu enfant dans son sein, qu’elle habite désormais dans les demeures divines, et que l’épouse de Dieu entre dans la maison du ciel.

Elle a vu son propre fils en croix, et reçu dans son corps la douleur qu’elle n’a pas soufferte durant l’enfantement. Elle le contemple siégeant à la droite du Père, et elle ne connaît pas la corruption après la mort. […]

Qu’elle soit honorée par toutes les créatures comme la mère et la servante de Dieu.


Cet hymne de saint Ephrem est présenté par :

Fra Nerwan Al Banna, ofm

Lire plus sur saint Ephrem

JE PARTICIPE !