Charlemagne († 814)

Charlemagne († 814)

Charlemagne est un roi franc, guerrier, devenu empereur.

Charles Ier, dit le Grand est le fils de Pépin le Bref.

Il devient le roi des Francs à partir de 768.

Il a soumis les Saxons païens, les Lombards en Italie et les Musulmans d'Espagne.

Il fut couronné empereur à Rome par le pape Léon III le 25 décembre 800, relevant une dignité disparue depuis l'an 476 en Occident.

Il est à l'origine d'un renouveau culturel et religieux : la « renaissance carolingienne ».

Par exemple, Charlemagne confia à celui qui fut d'abord son maître, Alcuin (+ 804) une mission d'enseignement dans l'école du sanctuaire de Fulda (Allemagne) qui eut un grand rayonnement.[1]

Il diffusa le chant grégorien en même temps que la langue latine (entraînant aussi la perte du chant mozarabe d'Espagne ou du chant gallican de Gaule.)

Il fit construire à Aix la Chapelle l'octogone de la chapelle palatine vers les années 790-800 dans le style carolingien. Cette chapelle demeure aujourd'hui, à l'intérieur de l'actuelle cathédrale.

Il est mort le 28 janvier 814 à Aix-la-Chapelle.

Son amour pour la Vierge Marie se manifesta à maintes occasions :

Il dédia à la Vierge Marie la chapelle octogonale qu'il fit construire à Aix la Chapelle.

Il reçut de l'empereur d'Orient trois reliques du voile de Marie, et il les conserva à Aix la Chapelle.

Il valorisa Alcuin qui promut la dédicace du samedi à la Vierge Marie.

Après sa mort,

Son empire sera partagé en l'an 843 entre trois de ses petits-fils (traité de Verdun) et se morcellera.

Pourtant, Charlemagne peut être considéré comme le « Père de l'Europe » pour avoir assuré le regroupement d'une partie notable de l'Europe occidentale, et posé des principes de gouvernement dont ont hérité les grands États européens[2].


Sources : les articles donnés en approfondissement.

[1] L. Gambero, Maria nel pensiero dei teologi latini medievali, ed San Paolo, 2000, p. 49-51

[2] Thomas Ferenczi, Pourquoi l'Europe ?, 2008, p. 101 ; Élisabeth Guigou, Je vous parle d'Europe, 2004, p. 26 ; Philippe Depreux, Charlemagne et la dynastie carolingienne [archive], 2007, p. 182


Françoise Breynaert

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention