Les chrétiens du 2° siècle : dans le monde mais pas de ce monde

L'événement merveilleux et inespéré du Salut en Jésus-Christ (ou l'humanisation de Dieu et la divinisation de l'homme) est vécu par les jeunes communautés chrétiennes de manière consciente, intense et eucharistique. En est la preuve le climat eschatologique du "déjà là" et "pas encore" qui caractérise les premiers chrétiens. Ils vivent dans ce monde, mais ils ont la conscience claire de ne pas être de ce monde.

Le cinquième chapitre de la Lettre à Diognète (2e siècle) ne laisse aucun doute sur la lucidité de ces premiers chrétiens d'être dans ce monde qui passe des pèlerins provisoires.

Ils vivent dans ce monde, mais sous le signe de l'eschatologie attendue, complètement projetés vers l'autre versant du temps.

L'ancienne et mystérieuse formule liturgique araméenne "Maranatha", se retrouve souvent sur les lèvres et dans le cœur de nos premiers frères dans la foi.

Elle évoque la présence du Ressuscité au milieu des siens, c'est une supplication parce que cette présence se renouvelle au moment de la célébration :"Maranatha".

Elle hâte par le désir et la prière son retour définitif dans la gloire : que vienne le Seigneur et que ce monde passe... "Maranatha". Amen. [1]


[1] Cf. M. MAGRASSI, Maranathà. Il clima escatologico della celebrazione primitiva in Rivista liturgica, 53 (1966) 3, 392-393.


A.GILA

 

 

 

 

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention