Le Protévangile de Jacques (Apocryphe qui inspire la liturgie)

Le Protévangile de Jacques

L'œuvre a trois parties, probablement indépendantes et rassemblées après le 2e siècle.

L'auteur est probablement un judéo-chrétien de la diaspora (Alexandrie ?)

L'œuvre date de la seconde moitié du 2e siècle (vers 150).

L'œuvre est une réponse, en partie érudite, en partie populaire, aux calomnies sur le mystère de la conception virginale de Jésus et sur la figure éthique de la mère de Jésus dont l'auteur souligne la dignité et l'innocence.

Ce document a eu une grande diffusion dans le monde chrétien, les pères de l'Eglise d'Orient y prêtent une grande attention et le vénèrent.[1]


[1] Cf G. GORI, Gli Apocrifi e i Padri, in Complementi interdisciplinari in Patrologia, a cura di A. QUACQUERELLI, Roma 1987.


A. Gila