La palme dans l'apocryphe de la Dormition

La palme, dans l'apocryphe de la Dormition

La palme et l'arbre de vie

"Il y a là des arbres de sagesse: ceux qui en mangent possèdent une grande sagesse", affirme 1 Hénoch 32,3.

Le Messie avait reçu la mission d'ouvrir les portes du Paradis, d'enlever l'épée menaçant Adam et de donner à manger aux justes de l'arbre de vie, selon le Testament de Lévi 18,10-11.

La palme, la fête des Tentes, le voyage mystique

La fête des Tentes met à l'honneur la branche de palmier. En effet, tous les pèlerins qui montaient à Jérusalem pour la fête des Tentes devaient apporter avec eux une branche de palmier, une branche de saule, un rameau de myrte et un fruit appelé etrog.

Philon d'Alexandrie voit dans la célébration de la fête qui exigeait du pèlerin d'habiter sous des tentes pendant une semaine le symbole du voyage mystique, de la migration du monde de la matière au monde de l'Esprit (Spec II, 204-213).

La palme, la victoire, et la vie dans le monde à venir

La palme, comme tous les symboles, a de nombreuses valences qui peuvent se compléter. Elle évoque la victoire en 1 Mac 13,37 et 2 Mac 14,4.

Elle signifie aussi le juste pour souligner son sort dans le monde à venir : "De même que le palmier ne projette son ombre qu'à une certaine distance, de même le juste ne reçoit sa récompense qu'après un certain temps, souvent même il ne la reçoit que dans le monde à venir", déclare le midrash Nombres Rabbah 3,1.

La littérature judéo-chrétienne avait repris ce symbole comme trophée de victoire. Dans le Pasteur d'Hermas, Similitude 8,2 les justes sont couronnés de palmes.


F. Manns