Synthèse de St Jean Damascène (env. 650-750)

Docteur de l'Eglise.

Jean naquit à Damas d'une famille chrétienne noble d'origine arabe, vers 650. La ville est alors soumise aux musulmans. Il reçut une éducation et une bonne connaissance de la culture grecque et arabe. Comme son père, il fut au service des califes Omeyyades, pendant quelques années.

Par fidélité à la foi chrétienne, il laissa tout, donna ses biens aux pauvres, et entra comme moine dans le monastère de Saint Saba, près de Jérusalem. Il est ordonné prêtre par Jean IV, patriarche de Jérusalem (706 - 736), et il continua sa mission de professeur, prédicateur et écrivain, développant la théologie de l'incarnation surtout et de la transfiguration. Il mourut vers 750, à un âge très avancé.

Enseignements :

Damas était déjà une cité musulmane. Jean Damascène analysa le coran, le compara à la Bible, et en déduisit que l'islam était une hérésie.

Jean Damascène souligne le fait que, en prenant la condition humaine, le Christ lui apporte le salut et appelle l'être humain à partager la vie divine, à connaître la déification.

C'est ce qu'il met en évidence dans sa réflexion sur les icônes qui représentent l'humanité transfigurée ou dans sa célèbre Homélie sur la Transfiguration.

Le concile de Nicée II a reconnu et a repris sa pensée pour la défense du culte des icônes sacrées parce qu'il a su allier la théologie de l'incarnation et la théologie de la beauté, en créant un espace liturgique où "le ciel est descendu sur la terre."

La doctrine mariale de Jean Damascène peut être considérée comme une synthèse exhaustive et puissante de tout l'enseignement des auteurs chrétiens qui l'ont précédé.

Sont particulièrement importantes quatre homélies mariales : une sur la Nativité de la Vierge, trois sur la Dormition.

Avec Germain de Constantinople et André de Crète, Jean Damascène est cité dans le Munificentissimus Deus de Pie XII; et son nom apparaît aussi dans le chapitre VIII de la Lumen Gentium du concile Vatican II, et dans la lettre encyclique Redemptoris Mater de Jean Paul II.

Jean Damascène fut aussi un grand hymnographe qui a célébré la Vierge Marie par ses hymnes dont beaucoup sont entrés dans la liturgie byzantine.

______________________________________

Bibliographie

- M. SCHUMPP, Zur Mariologie des hl. Johannes Damascenus, in Divus Thomas 2 (1924),222-234.

- A. MITCHEL, The Mariology of St John Damascene, Kirkwood, Missouri 1930.

- C. CHEVALIER, La Mariologie de Saint Jean Damascène, Orientalia Christiana Analecta 109, Roma 1936.

- V. GRUMEL, La Mariologie de Saint Jean Damascène, in Echos d'Orient 40 (1937),318-346.

- J. M. CANAL, San Juan Damasceno, doctor de la muerte y de la asuncion de Maria, in Estudios Marianos 12 (1952),270-330.

- L. FERRONI, La Vergine, nuova Eva, cooperatrice della divina economia e mediatrice, secondo il Damasceno, in Marianum 17 (1955),1-36.

- B. M. GARRIDO, Lugar de la Virgen en la Iglesia, segun san Juan Damasceno, in Estudios Marianos 28 (1966),333-353.

- D. DIMITRIJEVIC, Die Entwicklung der liturgischen Verehrung der Mutter Gottes nach dem Ephesinum bis rum 12. Jahrhundert, in De cultu mariano saeculis VI-XI, vol. IV, Roma 1972,101-110.

- F. M. JELLY , Mary's Mediation in the Distribution of Grace according to St John Damascene's Homilies in her Dormition, Ibid., 301-312.

 

Françoise Breynaert