Assomption et royauté de Marie (St Jean Damascène)

Assomption et royauté de Marie (St Jean Damascène † 750)

Saint Jean Damascène accepte les données de la tradition et il les justifie avec une explication plus théologique qu'historique.

- La résurrection de Marie après la mort fait partie du plan divin dans lequel Marie, à cause de sa relation intime avec le Fils, doit recevoir la gloire éternelle avant le temps établi pour la résurrection finale de tous les êtres humains.

- À cause de sa glorification, elle est devenue la Reine (Basilissa), la Souveraine (Despoina), la souveraine (Kyria) de toutes les créatures. Pie XII a invoqué l'autorité de Jean Damascène dans la doctrine de la royauté de Marie.

Voici les textes majeurs :

La mort de Marie est un prélude de sa glorification imminente:

« Oh ! Comment la source de la vie est-elle conduite à la vie en passant par la mort ?

Oh surprise ! Celle qui dans l'enfantement a surmonté les limites de la nature, maintenant se courbe sous ses lois, et son corps immaculé est soumis à la mort !

Il faut en effet déposer ce qui est mortel pour revêtir l'incorruptibilité, puisque le Maître de la nature lui-même n'a pas refusé l'expérience de la mort. Car il meurt selon la chair et par sa mort il détruit la mort, à la corruption il confère l'incorruptibilité, et fait du trépas la source de la résurrection. » [1]

« Si, comme le veut la nature, ton âme toute et bienheureuse est séparée de ton corps béni et immaculé, et si ce corps est livré à la tombe suivant la loi commune, cependant il ne séjourne pas dans la mort et n'est pas détruit par la corruption.

Pour celle dont la virginité est restée intacte dans l'enfantement, au départ de cette vie, le corps est gardé sans décomposition, et placé dans une demeure meilleure et plus divine, hors des atteintes de la mort, et capable de durer pour toute l'infinité des siècles. » [2]

Saint Jean Damascène recourt à la théologie biblique et donne une série de raisons pour lesquelles il était convenable que le corps de la bienheureuse Vierge ne se consumât pas dans un sépulcre.

L'homélie a tendance à chercher un support au privilège de l'Assomption dans le mystère de la virginité dans l'enfantement. Il ne s'agit pas de simples motifs de convenances mais d'une nécessité urgente :

« Il fallait que celle qui dans l'enfantement avait gardé intacte sa virginité, conservât son corps sans corruption, même après sa mort[3].

Il fallait que celle qui avait porté petit enfant son Créateur dans son sein, vécut dans les tabernacles divins.

Il fallait que l'épouse que le Père s'était choisie vint habiter au ciel la demeure nuptiale.

Il fallait que celle qui avait contemplé son Fils en Croix et reçu alors au cœur le glaive de douleur qui l'avait épargnée dans son enfantement, le contemplât assis auprès de Son Père.

Il fallait que la Mère de Dieu entrât en possession des biens de son Fils, et fût honorée comme Mère et servante de Dieu par toute la création. L'héritage passe toujours des parents aux enfants ; ici cependant, pour emprunter l'expression d'un sage, les sources du fleuve sacré remontent vers leur origine. Car le Fils a soumis à sa mère la création tout entière. » [4]


[1] Homilia in Dormitionem I,10, PG 96,713 B ; Jean Damascène, homélie sur la nativité et l'Assomption, Source chrétienne n° 80, Paris, Cerf, 1961, p. 107

[2] Homilia in Dormitionem I,10, PG 96,716 AB ; Jean Damascène, homélie sur la nativité et l'Assomption, Source chrétienne n° 80, Paris, Cerf, 1961, p. 109

[3] Saint Jean Damascène repris par Pie XII dans la Bulle Munificentissimus (AAS, t.42,1950, p. 761).

[4] Homilia in Dormitionem II,14, PG 96,741 B. ; Jean Damascène, homélie sur la nativité et l'Assomption, Source chrétienne n° 80, Paris, Cerf, 1961, p. 159


L.Gambero

Lire plus sur saint Jean Damascène

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention