Marie et le Sinaï (St Jean Damascène)

Marie et le Sinaï (st Jean Damascène)

Saint Jean Damascène applique les textes de l'Ancien Testament aux réalités du Nouveau Testament :

« Cime plus que le Sina?, que ne couvrent ni fumée ni ténèbres, ni tempête, ni feu redoutable, mais l'éclat illuminateur de l'Esprit très saint.

Là, la Parole de Dieu avait gravé la loi sur des tables de pierre, par l'Esprit, ce doigt divin : ici, par l'action de l'Esprit-Saint et par le sang de Marie, la Parole elle-même s'est incarnée et s'est donnée à notre nature comme un remède de salut plus efficace.

Là c'était la manne, ici, celui qui donna la manne et sa douceur.

Que la demeure fameuse que Moise construisit au désert avec des matières précieuses de toute espèce, et, avant elle, la demeure de notre père Abraham, s'effacent* devant la demeure de Dieu, vivante et spirituelle ! »[1]

[1] Saint Jean Damascène, Homilia in Nativitatem, 6, PG 96,676 D.

Jean Damascène, Homélie sur la nativité et l'Assomption,

Source chrétienne n° 80, Paris, Cerf, 1961, p.61-63

Commentaire :

N.B. *L'expression « que s'efface » doit se comprendre dans la « double fidélité » décrite par l'apôtre saint Pierre: une fidélité aux Ecritures et une fidélité au Christ :

« 19 Ainsi nous tenons plus ferme la parole prophétique: vous faites bien de la regarder, comme une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu'à ce que le jour commence à poindre et que l'astre du matin se lève dans vos cœurs.

20 Avant tout, sachez-le: aucune prophétie d'Ecriture n'est objet d'explication personnelle; 21 ce n'est pas d'une volonté humaine qu'est jamais venue une prophétie, c'est poussés par l'Esprit Saint que des hommes ont parlé de la part de Dieu. »

(2P 1, 19-21)

« 2 P 1, 19 souligne le fait qu'il soit nécessaire de connaître les prophéties pour connaître correctement le Christ. Pierre tient compte de l'approche de Jacques, tout en lui donnant une ouverture : les judéo-chrétiens peuvent continuer de manger séparément selon Moïse jusqu'à ce que le jour commence à poindre et qu'ils sentent d'eux-mêmes la liberté et l'unité nouvelle que le Christ réalise. Les pagano-chrétiens sont invités à lire l'Ancien Testament et à recevoir l'Esprit Saint qui se donne à travers la sagesse biblique.

2 P 1, 20-21 souligne le fait que le Christ qui interprète les Ecritures. Pierre tient compte de l'approche de Paul. Pierre valorise le rôle de l'Esprit Saint qu'il a vu descendre sur le païen Corneille comme sur les disciples juifs le jour de la première Pentecôte. »[2]

[2]Extrait de F. Breynaert, Révélation et révélations dans l'Ecriture ,

Actes du congrès de la PAMI (pontificia academia mariana internazionale), Lourdes 2008.

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention