Notre-Dame de Nshongweni (Natal)

Le sanctuaire se situe à 12 km à l’Ouest de la route nationale qui relie Pietermaritzburg et Durban (Natal).

Origine et histoire

La statue, haute de 40 cm, représente la Vierge Immaculée de la médaille miraculeuse, elle était abandonnée mais les fidèles eux-mêmes ont voulu l’honorer.

En 1939, le curé, père Wagner, avait été rappelé en France pour servir comme soldat. La guerre était terrible, et il se cacha parmi les soldats morts pour échapper au même sort.

Après la guerre, il construisit le sanctuaire. Et l’on commença spontanément à faire quelques pèlerinages, avec une procession aux flambeaux.

En 1960, on fit une copie de la statue, en bronze, haute de 2 mètres. Le pèlerinage est dédié à Marie médiatrice de toutes les grâces, même si communément les fidèles le connaissent sous l’appellation Notre Dame de Nshongweni. [1]

Guérison et construction

Un véritable sanctuaire fut construit en 1971, par la famille Daussogne, en remerciement de la guérison de leur fils John, malade d’une méningite fulgurante, et guéri instantanément. [1]

Actuellement

Le sanctuaire est fréquenté par les catholiques, les protestants, et les musulmans. [1]

Méditation avec le Saint Siège

Toute proche du sanctuaire est la ville de Durban, une ville qui a accueilli e 2001 une conférence mondiale pour laquelle le Saint Siège a adressé ce message : 

"L'Afrique du Sud ne nous accueille pas seulement physiquement. Son histoire, son expérience et ses espérances mêmes font d'elle véritablement l'hôte et l'inspirateur des nobles idéaux qui sont à l'origine de notre travail et de notre engagement.

La Conférence mondiale de Durban contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance présente un défi important à la communauté mondiale au début du nouveau millénaire.

Alors que le titre de la Conférence est formulé en termes négatifs, le défi auquel nous faisons face est positif. […] La lutte contre la discrimination raciale concerne avant tout la façon dont nous voulons établir l'interaction des personnes et des peuples au début d'un nouveau siècle et d'un nouveau millénaire.

Les dirigeants religieux doivent rappeler que toutes les religions, de par leur nature, appellent à l'unité du genre humaine. La véritable croyance religieuse est incompatible avec des attitudes racistes et des pratiques racistes. De récentes expériences de dialogue inter-religieux laissent espérer une plus grande compréhension entre les religions. Dans de nombreux conflits récents, l'unité manifestée par les dirigeants religieux a représenté un facteur significatif pour empêcher ou réduire les conflits et pour promouvoir la réconciliation."

(Le Saint Siège, 3 septembre 2001, lors de la conférence mondiale contre le racisme à Durban)

__________

[1] Attilio GALLI, Madre della Chiesa dei Cinque continenti, Ed. Segno, Udine, 1997, p. 744

[2] www.Vatican.va/roman_curia