Kenya

Les missionnaires portugais arrivèrent en 1496 et ils dédièrent à Marie la chapelle de leur premier couvent. La population locale, presque entièrement musulmane, leur était très hostile, et les pères n’ont pu s’adresser qu’aux colonisateurs. L’action missionnaire ne commença qu’en 1630, mais les Portugais furent chassés, les églises furent détruites et les chrétiens furent dispersés ou vendus comme esclaves.

L’ère moderne de l’Eglise au Kenya n’a commencé qu’avec l’arrivée des pères du saint Esprit (1889), de Mill Hill (1894) et les missionnaires de la Consolata de Turin (1902). S’appuyant sur l’amour naturel des indigènes envers leur maman terrestre, les missionnaires ont répandu l’amour envers Marie, vraie mère de Dieu et des hommes.

Dans un pays très largement polygame, pour comprendre à quel amour et à quel respect de la femme l’homme est appelé, le message évangélique est un puissant stimulant, notamment l’image de saint Joseph cheminant en exil auprès de Marie et de Jésus pour les protéger et pour les nourrir.

Nairobi 

L’Eglise-sanctuaire de Nairobi a été construite en 1968-1971 pour accomplir un vœu, pendant la persécution de Mau Mau, et en août 1989, elle est devenue sanctuaire marial national, dédié à la Consolata.

Un autre sanctuaire est dédié à Marie auxiliatrice, inauguré en 1994 et tenu par les salésiens.

Nairobi fut visité par Jean Paul II en 1985.

Tuthu 

Le sanctuaire de Tuthu, dédié à la Consolata, béni en 1971.

Giali (Meru) 

Sanctuaire « Notre-Dame de la la liberté », béni en 1967.

Thomson’s Falls

Sanctuaire « Notre-Dame de Fatima », béni en 1975.

A cela s’ajoutent 250 chapelles et 300 missions où durant l’année l’une des fêtes mariales est célébrée avec enthousiasme.

« Mère très chère, avec ton cœur de Mère, garde la famille ! Ma bonne mère, il me faut un miracle, j’ai confiance en toi ! »

« Vite, aide-moi à rester simple, humble et pure. Protège tous les miens. »

« Je n’ai plus de travail, je n’ai plus d’argent, mère des pauvres, penses-y ! »

_____________

Attilio GALLI, Madre della Chiesa dei Cinque continenti, Ed. Segno, Udine, 1997, p. 695-703

Par discrétion je ne communique que des prénoms et pas de nom
 
Je serai informé de la prise en charge de mon intention par email Mon prénom sera transmis à la personne qui priera pour mon intention