Nagazaki : le jardin de l'Immaculée, le père Kolbe

Nagazaki : le jardin de l'Immaculée, le père Kolbe

Le père Maximien Kolbe, Franciscain conventuel, est souvent appelé Apôtre de Marie & Martyr de la Charité Mort a Auschwitz, le 14 Août 1941 a été béatifié par Paul VI le 17 octobre 1971 et canonisé par Jean-Paul II le 10 octobre 1982.

En 1930, après la rencontre dans le train avec les étudiants japonais, le père désire se rendre en Extrême-Orient. Il arrive à Nagasaki où il est rejoint par deux frères. L'évêque du lieu, Mgr Janvier Hayasaka, accueille les missionnaires avec bienveillance et autorise la publication d'une revue mariale en japonais, "le Chevalier de l'Immaculée". Le père Maximilien se charge d'enseigner la philosophie au séminaire diocésain. Les missionnaires louent une maison auprès de la cathédrale.

En 1931, le siège éditorial est transféré du quartier Oura de Nagasaki au faubourg de Hongochi, sur les pentes du Mont Hikosan, où les missionnaires bâtissent un couvent baptisé "Mugenzai no Sono" (Jardin de l'Immaculée). Après l'explosion atomique, en 1945, il demeurera presque intact et personne ne périra dans son enceinte.

En 1932, le père se rend aux Indes où il veut introduire sa revue. Il rêve de l'éditer aussi en turc, en arabe, en hébreu, etc. Après des rencontres avec des personnalités, à Ernakulam, il retourne à Nagasaki, puis il rentre en Pologne en 1933.

Quelques perles du père saint Maximilien Kolbe

« Je crois que dans chaque nation devrait surgir une ‘Cité de l’Immaculée’ qui permettrait à l’Immaculée d’agir par tous les moyens, y compris les plus modernes, car les découvertes devraient d’abord être employées à la servir, que ce soit dans le commerce, l’industrie, le sport, etc., et même la radio, le cinéma, en un mot tout ce que l’on pourrait découvrir et qui pourrait éclairer les esprits et enflammer les cœurs. »

(St Maximilien Kolbe, 02.12.1931, ESI. p.154)

« SI nous sommes donnés complètement à l’Immaculée, si nous désirons sans cesse être à elle, même si nos actions sont mauvaises, elle répare ; que voulez-vous de mieux !

Elle transforme tout pour le plus grand bien. Elle opère un miracle si c’est nécessaire, car pour l’Immaculée faire un miracle, ce n’est pas grand chose.

A ce moment, notre travail, notre effort ne seront plus à nous, mais à elle ; ils auront une valeur qui ne vient pas de nous mais de l’Immaculée. »

(St Maximilien Kolbe, 20.01.1937 : conférence, ESI, p.112) cité dans prière

« L’essentiel n’est pas de beaucoup agir selon notre idée, mais d’être entre ses mains. Elle peut le mieux réaliser la gloire de Dieu, alors que nous, nous gâtons beaucoup de choses. Tout dépend de notre parfaite docilité à son égard. »

(St Maximilien Kolbe, 17.02.1938 : conférence)

« Une brève invocation, pendant le travail, est la meilleure prière, et cela est bien pratique car on s’unit constamment et d’une façon toujours plus étroite à l’Immaculée, comme l’instrument dans la main de la maîtresse, et ainsi nous obtenons la grâce de l’illumination de l’intelligence (pour reconnaître sa volonté) et la puissance de la volonté (pour l’accomplir). »

(St Maximilien Kolbe, 15.10.1931, Lettre, ESI, p.136)

______________

ESI. : L’immaculée révèle l’Esprit saint, entretiens spirituels du père Kolbe, Abbé J-F Villepelée. Ed Lethellieux, Paris 1974, oeuvre de la grotte, Lourdes.

JE PARTICIPE !