Istanbul : St Théodore, culte des icônes, sainteté de Marie

St Théodore, culte des icônes, sainteté de Marie

Studion (en latin : Studium), est le monastère le plus important de Constantinople. Il a été fondé e 462 par le consul Studios et dédicacé à saint Jean Baptiste. Plus tard, les moines du mont Athos et beaucoup d'autres monastères byzantins ont adopté sa règle. Aujourd'hui encore les moines du Studion ont de l'influence.

Théodore le studite († 826) est né à Constantinople vers 759. Il fut un grand ascète et ardent défenseur du culte des icônes.

Théodore est connu aussi comme chantre de la sainteté de la Mère du Seigneur, il a enrichi la liturgie byzantine avec ses hymnes.

A 35 ans, il devint higoumène au célèbre monastère Studion. Il fut un des plus grands réformateurs du monachisme oriental.

Pendant la seconde phase de la persécution iconoclaste, Théodore paya ses convictions orthodoxes par la prison et l'exil, il mourut en exil. Après le retour de l'orthodoxie, son corps fut rapporté triomphalement à Constantinople en 844. L'Église byzantine le vénère comme un saint.

Théologie de l'icône de saint Théodore de Studite

Les iconoclastes insistaient sur le fait qu'il était impossible de représenter la réalité surnaturelle ; l'humanité glorifiée du Christ ne pouvait donc pas être peinte sur une icône d'une manière adéquate, ayant été transfigurée par la gloire, divinisée et donc insaisissable.

Théodore prend la défense des icônes parce qu'il se rend parfaitement compte que leur refus est un refus du mystère de l'incarnation. Nier que le Christ puisse être peint signifie nier qu'il ait un aspect corporel.

Donc aux iconoclastes qui observaient qu'il serait déshonorant pour le Christ d'être représenté avec des procédés matériels, et qu'il vaut mieux le contempler en esprit, Théodore répète:

« Ce qui à toi te semble inconvenant et méprisable, à Dieu a semblé convenable et noble.

Splendeur du mystère !...

Si la seule contemplation de l'esprit avait été suffisante, il se serait contenté de venir parmi nous de cette manière. À quel profit alors cette apparence et cette dissimulation, s'il ne voulait pas revêtir réellement notre corps ? » [1]

Si le Christ a pris notre chair, il est non seulement possible mais vraiment juste le représenter :

« Et Dieu parut dans la chair pour être peint selon la chair, sans aucun doute il aime être contemplé dans la matière, lui qui a été vu dans la matière... O prodige ! Il se rend présent d'une certain façon lorsqu'il est peint. » [2]

Cette présence constitue le fondement du culte rendu à l'icône. Celle-ci est de quelque manière personnalisée. Les images du Christ ou de Marie ce sont le Christ et Marie, mais il y a évidemment la différence entre l'image et la personne en combien tel. Au Christ on doit le culte de latrie parce qu'il est Dieu ; à ses icônes et à celles de la Vierge on doit le culte relatif aux choses saintes. [3]

Marie est

Saint Théodore le Studite a une idée élevée de la sainteté de la Mère du Seigneur qu'il ne décrit pas seulement comme une absence de péché. Certains spécialistes pensent que Théodore inclut l'absence du péché originel. [4]

La dévotion mariale selon saint Théodore le Studite

Au ciel, la Vierge continue à jouer un rôle de médiation et d'intercession auprès du trône de Dieu au service des croyants, en étant revêtue d'une dignité et d'un pouvoir royal; elle intervient aussi dans leur vie, en mettant en fuite le démon et en les protégeant du mal.

La dévotion mariale prêchée par Théodore comporte aussi une espèce de crainte révérencielle envers la Mère du Seigneur inspirée par sa grandeur, par sa dignité et son exaltation céleste.

Théodore est aussi le premier à nous renseigner sur la pratique du jeûne de quarante jours en préparation à la fête de l'Assomption, le 15 Août.


[1] Antirrheticus I, PG99, 336-337.

[2] Antirrheticus III, PG99,414

[3] PG99,1471

[4] Cf M. Jugie, L'Immaculée Conception dans l'Ecriture et la tradition orIentale, PAMI, Roma 1952,130-132.


L.Gambero

Bibliographie.

Ses oeuvres sont éditées en PG 99; mais l'homélie sur la Nativité de Marie se trouve en PG 96, parmi les oeuvres de Jean Damascène.

M. Jugie, La doctrine mariale de saint Théodore Studite, in EO 25 (1926),421-427; H. M. Guindon, De la proskynèse chez Saint Théodore le Studite à l'exemplarité mariale de Vatican II, in De Cultu mariano saeculis VI-.XI, vol. 111, Roma 1972, 349-382;

J. Esquerda Bifet, Culto y devociòn mariana en San Teodoro Studita, in De Cultu mariano saeculis VI-.XI, vol. 111, Roma 1972, 383-394.