Fatima - Medjugorje : la dévotion à Marie

Fatima - Medjugorje : la dévotion à Marie

A Fatima, l’apparition a demandé la dévotion à son cœur immaculé, un acte de confiance ou de consécration à Marie et à Jésus.

« Vous avez vu l’enfer où vont les âmes des pauvres pécheurs. Pour les sauver, le Seigneur veut établir dans le monde la dévotion à mon Cœur Immaculé. Si l’on fait ce que je vous dirai, beaucoup d’âmes se sauveront et l’on aura la paix ! »

(Fatima, la troisième apparition)

A Medjugorje aussi :

" Chers enfants, aujourd’hui je vous invite à vous rapprocher de mon Cœur Immaculé. Je vous invite à renouveler dans vos familles la ferveur des premiers jours quand je vous ai appelés au jeûne, à la prière et à la conversion.

Petits enfants vous avez accepté mes messages avec un cœur ouvert bien que vous ne sachiez pas ce qu’était la prière.

Aujourd’hui je vous invite à vous ouvrir complètement à moi pour que je puisse vous transformer et vous guider vers le Cœur de mon fils Jésus afin qu’il vous comble de son Amour. Seulement ainsi, petits enfants, vous trouverez la vraie paix, la paix que seul Dieu vous donne. Merci d’avoir répondu à mon appel."

(Medjugorje 25.10.98)

L’enseignement de l’Eglise nous y invite aussi !

« "Dans l’Église, Marie occupe, après le Christ, la place la plus élevée et la plus proche de nous" (Vatican II, LG. 54). La place la plus élevée : nous devons découvrir cette grandeur conférée à Marie dans le mystère du salut. Il s’agit cependant d’une vocation qui est totalement en référence au Christ. La place la plus proche de nous : notre vie est profondément influencée par l’exemple et l’intercession de Marie. Mais nous devons nous interroger sur notre effort pour être proches d’elle. »

(Jean Paul II, Audience générale, 3 janvier 1996)

Ecoutons encore cet appel de Medjugorje :

" Chers enfants,

mon invitation à vivre les messages que je donne est un appel de tous les jours. C’est surtout, petits enfants, que je veux vous rapprocher du Cœur de Jésus !

Petits enfants, voilà pourquoi je vous invite aujourd’hui à la prière de consécration à Jésus, mon Fils bien aimé. Ainsi chacun de vos cœurs Lui appartiendra.

Ensuite, je vous invite à la consécration à mon Cœur Immaculé.

Je souhaite que vous vous consacriez personnellement, mais aussi en tant que familles et que paroisses. Ainsi tout appartiendra à Dieu par mes mains.

Mais priez, petits enfants, pour saisir la grandeur du message que je vous donne là ! Je ne veux rien pour moi mais tout pour le salut de vos âmes. Satan est puissant, c’est pourquoi, petits enfants, par la prière persévérante, blottissez-vous contre mon cœur de Mère.

Merci d’avoir répondu à mon appel."

(Medjugorje 25.10.88)

Jean Paul II à Fatima fit une telle consécration :

« Dans une unité collégiale avec les pasteurs, en communion avec le peuple de Dieu tout entier répandu aux quatre coins de la terre, aujourd’hui encore je te renouvelle la consécration filiale du genre humain. A toi, avec confiance, nous nous consacrons tous. Avec toi, nous voulons suivre le Christ, Rédempteur de l’homme. »

(Jean Paul II, Acte de consécration, 13 mai 1997, Fatima)

Ce ne sont pas des nouveautés, certains pères de l’Eglisele faisaient déjà, tels que saint Jean Damascène en Syrie :

« Nous aussi, aujourd’hui, nous nous tenons en ta présence, o Souveraine, oui, je le répète, Souveraine, Mère de Dieu et Vierge : nous attachons nos âmes à l’espérance que tu es pour nous, comme à une ancre absolument ferme et infrangible, nous te consacrons notre esprit, notre âme, notre corps, chacun de nous en toute sa personne… »

(Jean Damascène, Homélie sur la nativité et l’Assomption,

SC n° 80, Cerf, Paris 1961, p. 121)


Extrait de F. Breynaert, Notre mère, la Reine de la Paix,

éditions du Paraclet, p. 160-167

JE PARTICIPE !