Azay (79), Notre-Dame de l'Agenouillée

AZAY-SUR-THOUET (France, Deux- Sèvres, diocèse de Poitiers) :

Le lieu s’appelle « Notre-Dame de l’Agenouillée » parce que Louise Estivalle, retardée sur le chemin de l’église pour avoir secouru une mendiante, s’est agenouillée en chemin, à 1,5 km de l’église, quand elle entendit sonner les cloches pour l’élévation de l’hostie.

Louise est la châtelaine de la Poupelinière, et pour soulager une mendiante, elle était retournée au château y chercher du pain, ou pour y amener la mendiante qui se mourait (selon les deux versions des faits).

En retard à la Messe, et s’étant agenouillée sur le chemin quand les cloches ont sonné l'élévation, et, en se relevant, Louise « voit dans une douce lumière la Vierge » tenant Jésus mort dans ses bras. « Regarde, ma fille, vers l’église ; tu verras d’ici la célébration du Saint Mystère, comme si tu étais présente », entend- elle.

Levant les yeux, Louise « voit un autel illuminé et un prêtre élevant l’hostie consacrée ». Louise fait construire une chapelle sur le lieu de l’apparition. Depuis la seconde moitié du XVIe siècle, les fidèles y vénèrent la Vierge sous le titre de « Notre Dame de l’Agenouillée ».

Cela s’est passée vers 1550, un dimanche 8 septembre.

Les guérisons

L'abbé Bonneau, curé d'Azay depuis 1877 avait signalé quelques grâces obtenues à Notre Dame de l'Agenouillée :

- Une femme de Soutiers qui ne pouvant plus marcher se fit conduire à l'oratoire de l'Agenouillée et après de nombreuses prières put rentrer chez elle à pied :
- A Secondigny une jeune fille souffrant du dos ne pouvait se tenir droite ; ses parents firent des neuvaines et elle fut guérie.

Le pèlerinage a subi les violences de la Révolution française. Le 8 septembre 1858, le père Laurent a posé la première pierre de la nouvelle chapelle. Mais, en 1864, l’emplacement prévu est modifié. Les travaux furent terminés en 1876 sur ordre de Mgr Pie. En 1892, l’édifice est rasé puis une nouvelle chapelle est édifiée et inaugurée à la fin de la Première Guerre mondiale. Des guérisons sont alléguées.

- L'été 1903 il y eut une grande sécheresse et les récoltes étaient bien compromises ; un pèlerinage fut donc organisé et l'on vit les paroisses d'Allonne, du Tallud et de Saint-Aubin se déplacer. C'est alors que vint une pluie bienfaisante.
- On peut voir de nombreux ex-voto entourant les piliers du chœur à l'intérieur de l'Agenouillée.

Actuellement,

L’anniversaire du 8 septembre (Nativité de Marie) attire des centaines de fidèles. La chapelle de 300 places est pleine. La statue est portée en procession sur «les pas de l’apparition».

Une fois par mois, une réunion de prière est animée par des jeunes.

Plusieurs messes sont dites : chaque vendredi, chaque samedi, à dix-huit heures, et une fois par mois, le dimanche soir.

______________________

Source : Patrick SBALCHIERO, article « AZAY-SUR-THOUET », dans : René LAURENTIN et Patrick SBALCHIERO, Dictionnaire encyclopédique des apparitions de la Vierge. Fayard, Paris 2007.