La Trinité (06, près de Nice) Notre-Dame de Laghet

L'histoire de Notre-Dame de Laghet (diocèse de Nice)

Dans un écrin de verdure, Marie a choisi un petit vallon, à 20 km de Nice, pour y déverser des grâces et ce, depuis 1652.

Un lépreux guéri, un captif libéré, une possédée délivrée

Une chapelle existait au XV° siècle, et sans doute déjà au XI° siècle.

La chapelle devient un lieu prodiges quand, pendant plus de 25 ans, un prêtre d'Eze, Don Jacques Figuiera, s'occupa avec amour de cette chapelle. Il l'avait même fait réparer, à ses frais, vers 1628-1629, et depuis, on venait à nouveau y invoquer Marie.

Coup sur coup, aux premiers jours de 1652 des « prodiges » eurent lieu :

- Casanova, atteint de la lèpre, qui obtient sa guérison en demandant l'intercession de la Vierge Marie aussitôt après qu'on eut parlé de cette petite chapelle.

- Peu après, de Monaco aussi, une veuve décide, sur les conseils d'une servante de la Turbie, d'aller à Laghet neuf jours de suite, demander la libération de son fils unique tombé aux mains des pirates. Avertie en songe, dès le second jour, de fait, elle voit son fils de retour avant même la fin de la neuvaine.

- C'est une famille de la Turbie qui bénéficie du 3ème prodige. Jacques Aicard a une fille, Marie, complètement perturbée, épileptique et possédée du démon. Il supplie Don Fighiera de venir prier pour elle à Laghet; le prêtre vient et, aussitôt, la petite est guérie.

Un lépreux guéri, un captif libéré, une possédée délivrée: ces épisodes, à l'authentique saveur de l'évangile, assurent définitivement la réputation du lieu.

Enthousiasme du peuple, vigilance des pasteurs

Les pèlerins accourent en nombre de Nice, Monaco, Vintimille, San Remo, Oneille. L'évêque, Mgr de Palletis, fidèle au Concile de Trente (1545-1663), demande à une commission de théologiens assistés d'un avocat et d'un médecin d'examiner les « faits de Laghet ».

22 des 36 faits allégués en 18 mois, ont ainsi été reconnus comme avérés et accompagnés ni d'excitation malvenue, ni de pratique douteuse.

Le culte est officiellement approuvé le 26 décembre 1653.

On inaugure le nouvel édifice le 21 novembre 1656.

Pris dans les péripéties de l'histoire

Le sanctuaire devenant, au fil des ans, un haut lieu de l'identité niçoise, les souverains savoyards eurent à cœur de manifester leur intérêt pour Laghet.

Monaco, pour sa part—c'était l'évidence de l'histoire et la géographie—en fit un lieu privilégié de pèlerinage pour la principauté.

Au cours de ces trois siècles et demi d'histoire, le culte se maintînt envers et contre tout ; les frontières mêmes ne furent jamais un obstacle à la dévotion des fidèles qui purent les franchir pour les grands pèlerinages sans aucune formalité.

Un havre de paix et de simplicité

Ici, dans ce havre de paix et de simplicité, pétri de la prière des moines et de milliers de pèlerins qui nous ont précédés, Elle se fait connaître, prier et aimer comme « Mère de tendresse et de miséricorde », « Notre guide et notre soutien dans le pèlerinage de la vie ».

Tout invite non seulement au recueillement, Dieu ne cesse de nous interpeller dans le silence de ses signes: « Shema (écoute) Israël... » ... oui, écoute, écoute pour entendre le cri de ton Créateur et Sauveur dans le murmure d'une brise légère: « Je t'aime! »...

On y passe, puis on y vient, revient avec des parents ou amis, de la région, de Monaco, de la Provence, de la Ligurie (Italie)... peut-être pas toujours exaucé comme on le souhaiterait, mais systématiquement comblé. La multitude d'ex-voto tapisse les murs du cloître.

Que ce soit pour un moment de quelques heures ou de quelques jours, il est possible de vivre et de partager le temps du sanctuaire rythmé par :

- les offices,

- la prière d'adoration du Saint Sacrement,

- la méditation du chapelet,

- la Messe,

- rencontrer un chapelain (un prêtre) ou une moniale (une religieuse, Bénédictine du Sacré Cœur de Montmartre) ...

- mais surtout, et nous vous le souhaitons, rencontrer et vous réconcilier avec Notre Seigneur Jésus Christ, par le sacrement de la confession, qui « n'est pas venu pour juger mais pour sauver ».

« Je t'ai contemplé au sanctuaire, j'ai vu ta force et ta gloire Ton Amour vaut mieux que la vie, Tu seras la louange de mes lèvres »

(Ps 62,3-4)

Pour mieux vivre ce qui vous est proposé, nous vous proposons les liens ci-dessous. 


(1) Sanctuaire Notre-Dame de Laghet Route de Laghet 06340 La Trinité Tél. : (00.33).04.92.41.50.50.

Site officiel


 

 

JE PARTICIPE !