Liesse (02, Aisne) : Notre-Dame de Liesse

Notre Dame de Liesse, source et cause de notre joie

En 1134, à 20 kilomètres de Jérusalem, a lieu une bataille entre les Croisées et les musulmans. Le Sultan fait prisonniers trois frères, moines-soldats de l'ordre des chevaliers hospitaliers de saint Jean. Il veut à tout prix les faire apostasier : il les menace de torture, il leur offre une forte somme d'argent et finalement il leur envoie sa fille, Ismérie, remarquablement belle, pour les séduire, rien n'y fait.

Les trois moines soldats répondirent à Ismérie :

« Savez-vous bien ce que vous demandez ?... Sans doute, vous ignorez que ce Dieu, que vous adorez comme nous, nous a tellement aimés qu'il nous a envoyé son Fils Jésus sur la terre et qu'il s'est choisi une Mère parmi nous ? C'est la Vierge Marie. Jésus, Fils de Dieu, que vous appelez aussi prophète après Mahomet, nous a appris ce qu'il fallait faire pour aller au ciel. Il s'est laissé crucifier pour nous. Et vous voudriez que nous le trahissions ? »

La princesse Ismérie stupéfaite écouta attentivement cette première leçon de catéchisme, et elle demanda aux chevaliers de lui sculpter l'image de Marie.

Les chevaliers firent appel à la Vierge afin qu'elle dirigeât leurs mains. Pendant la nuit, la Vierge envoya des anges porter « son image rayonnante de piété ». Le lendemain, quand Ismérie revint, le cachot était éblouissant de lumière, et un parfum délicieux s'échappait de la statue ; la princesse crut aussitôt, emporta la statue dans ses appartements et ne cessa de la regarder.

La nuit suivante, Ismérie entendit la statue lui dire : « Aie confiance, Ismérie ! J'ai prié mon Fils pour toi. Tu seras sa fidèle servante. Tu délivreras les trois chevaliers que j'aime. Tu seras baptisée et par toi, la France sera enrichie d'innombrables grâces ; par toi mon nom deviendra célèbre et plus tard, je te recevrai pour toujours dans mon paradis. »

Ismérie fit évader les prisonniers et s'enfuit avec eux.

Ils s'endormirent paisiblement au bord du Nil et ils se réveillèrent en France : les anges les transportèrent à côté de leur château, à Marchais, non loin de Laon.

Ismérie demanda d'être baptisée et tous résolurent de construire une chapelle en l'honneur de « Notre-Dame de Liesse », tant leur joie était grande.

Historicité :

Les principaux documents anciens sont : 

- Annales de l'Ordre des Chevaliers de saint Jean de Jérusalem : de l'an 1146, Melchior Bandini y raconte les origines de Notre-Dame de Liesse.

- Une inscription précieuse, celle de 1134, année où la légende place le miracle, fut retrouvée providentiellement (en 1721).

- Une lettre de Clément VII datée d'Avignon, le 28 mai 1384 dit que "dans la chapelle de Notre Dame de Liesse, Notre Seigneur Jésus-Christ, à la prière de la Vierge Marie, prodigue un si grand nombre de miracles que les peuples y accourent de tous les points du monde". Et il accorde des indulgences aux pèlerins.

Des siècles de pèlerinage

L'an 1139 est la date du premier miracle connu. Il y eut aussi une confrérie Notre-Dame de Liesse dont l'origine est mal connue. On sait toutefois qu'en 1407 Reims eut aussi sa confrérie de Notre-Dame de Liesse.

A partir du XV° siècle commencèrent les pèlerinages royaux.

Au XVI° siècle, on aménagea la route (la chaussée de Marie de Médicis) et les pèlerins vinrent de plus belle. Beaucoup de mères ont demandé un enfant à Notre Dame de Liesse et l'ont obtenu ! Beaucoup d'infirmes guérirent. Pendant les heures sombres du pays, une confrérie des Pénitents venait prier à Notre-Dame de Liesse.

En 1794, des révolutionnaires réduisirent en cendre la statue de Notre-Dame de Liesse et guillotinèrent le trésorier de la basilique... Après la tourmente, la prière et le pèlerinage reprirent.

Une nouvelle statue de Notre-Dame de Liesse fut couronnée le 18 août 1857.

Actualité :

Aujourd'hui, le carmel Notre-Dame de Liesse vous offre un lieu de silence et de retraite.

L'abri du Pèlerin à Liesse Notre-Dame vous accueille aussi avec une salle de réunion accueillant 300 personnes, salle de cinéma (380 personnes), cuisine collective et parc à 2 minutes de la basilique.


Sources : Anne BERNET, Notre Dame en France, 52 pèlerinages, Editions de Paris, Versailles 2010, p. 148 et extrait du récit de Marie ANDRÉ 

On peut lire aussi : B. Maës, Notre-Dame de Liesse, huit siècles de libération et de joie, Paris, 1991 ; « Notre-Dame de Liesse (1134-1934, huitième centenaire) », IIIe Congrès marial national, Paris, 1993

Informations pratiques